Joann Sfar et Pénélope Bagieu ne font pas d'étincelles avec "Stars of the Stars"

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 30/09/2013 à 16H48, publié le 30/09/2013 à 16H45
Maurisse et Angoissette, stars de "Stars of the Stars", signé Joann Sfar (scénario) et Pénélope Bagieu (dessin).

Maurisse et Angoissette, stars de "Stars of the Stars", signé Joann Sfar (scénario) et Pénélope Bagieu (dessin).

© Gallimard Jeunesse

Que se passe-t-il lorsque Joann Sfar, scénariste et dessinateur ultra-prolifique, notamment du "Chat du Rabbin", rencontre Pénélope Bagieu, jeune blogueuse et dessinatrice à succès de "Joséphine" ? C'est "le coup de foudre", selon Joann Sfar. Le premier fruit de cette rencontre vient d'atterrir chez les libraires: c'est l'épopée cosmique "Stars of the Stars".

L'histoire :
Sept filles venues du monde entier se retrouvent à New York pour une audition de danse. Parmi elles, Angoisette, juive new yorkaise névrosée, et Maurisse, française ombrageuse et toujours prête à la castagne. Toutes pensent auditionner pour une prestigieuse école de danse façon "Fame" alors qu'elles ont affaire à des extra-terrestres sans états d'âme (ou presque) qui veulent éliminer la Terre, obstacle sur leur autoroute inter-sidérale.

Au moment où l'immeuble dans lesquelles elles auditionnent décolle pour les étoiles, les sept jeunes filles deviennent du même coup les derniers spécimens encore en ciculation de l'Humanité. Dans la lutte sans merci qui les oppose, Angoisette et Maurisse ont vite fait de s'allier. Feront-elles honneur à cette humanité en perdition dans le cosmos ?
Une planche de "Stars of the Stars" signée Pénélope Bagieu (dessin) et Joann Sfar (scénario).

Une planche de "Stars of the Stars" signée Pénélope Bagieu (dessin) et Joann Sfar (scénario).

© Gallimard Jeunesse
"La rencontre de Fame et de Star Trek"
Joan Sfarr, auteur ultra prolifique, notamment du "Chat du Rabbin", de "Petit Vampire" et de "Pascin", mais également réalisateur du film "Gainsbourg vie héroïque", semble avoir mille idées à la minute. Et s'il ne chôme jamais, le temps lui manque peut-être pour les réaliser toutes. Après avoir collaboré avevc Lewis Trondheim, Christophe Blain ou Clément Oubrerie, il a pensé à Pénélope Bagieu pour cette épopée cosmique qui "célèbre la rencontre de Fame et de Star Trek".

Joann Sfar dit avoir éprouvé un "coup de foudre pour le regard de Pénélope Bagieu". "Elle a un sens del'observation très aiguisé qui suscite le rire, mais aussi une vraie foi chez le lecteur : on CROIT en tout ce qu'elle dessine", observe-t-il.

De son côté, Pénélope Bagieu, qui a connu un succès fulgurant en librairie avec sa série de BD "Joséphine" puis avec "La page blanche" en collaboration avec Boulet au scénario, compare ce nouvel exercice à celui "d'un comédien travaillant avec un nouveau metteur en scène qui le pousserait dans ses retranchements".

De fait, Sfar la pousse sur un terrain qu'elle n'avait jamais exploré jusqu'alors, plein de vaisseaux spatiaux, de bagarres et d'extra-terrestres biscornus. Avec un scénario contenant plusieurs questionnements sous jacents - si l'Humanité devait disparaître, la question raciale aurait elle encore un sens ? Et pour être artiste, en l'occurence chanter ou danser, vaut-il mieux être conformiste ou se distinguer ?

Un premier tome bancal
Sur le papier, le duo Sfar-Bagieu est incongru et plutôt excitant. Mais à l'arrivée, on regrette beaucoup d'avoir à l'écrire, ce tandem ne fonctionne pas. En tout cas, ce premier volume ne nous a pas convaincus. Pas plus que les enfants âgés de 10 à 12 ans auxquels nous avons soumis l'ouvrage.

Qu'est ce qui cloche ? Pénélope Bagieu, qui nous a habitués à son observation drôlissime du quotidien, a beau assurer qu'elle adore la SF depuis l'enfance, elle semble peiner à trouver sa voie dans le scénario délirant et la SF à message de Joann Sfar. La fraîcheur de son regard ne marchent ici qu'en de rares occasions - notamment au début, lors de l'audition d'Angoissette sur la musique de sa DS mais aussi pour le personnage de Maurisse, dont la silhouette est très réussie.

Le charme et la subtilité de l'un comme de l'autre y perdent plus qu'ils ne gagnent à cette collaboration. Impossible de ne pas songer que Joan Sfarr aurait été plus à même de dessiner cette histoire saugrenue, reflet de ses questionnements intimes, auquel il aurait apporté son sens du détail psychédélique sans rater la marche. Le second volume sera peut-être plus réussi ? Ce duo semble en effet parti pour durer, puisque Sfar rêve de proposer avec Pénélope Bagieu "une vraie saga dans l'espace".

"Stars of the Stars" Tome 1, Gallimard-Jeunesse, (48 pages, 14 euros)