Japan Expo rend hommage au manga "made in France"

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/07/2016 à 12H30, publié le 05/07/2016 à 12H27
Au salon Japan Expo 2015 à Villepinte, près de Paris

Au salon Japan Expo 2015 à Villepinte, près de Paris

© Eric Piermont / AFP

La 17e Japan Expo, le plus important festival européen dédié à la culture et aux loisirs japonais, qui se déroule au Parc des expositions de Paris-Nord Villepinte de jeudi à dimanche, a prévu de rendre hommage à la "French Touch" en train de révolutionner l'univers du manga et de l'animation.

Japon, 1702. Le pays est la proie des Ayakashis, des créatures démoniaques dévastatrices... En ouvrant le manga "Ayakashi" (Glénat), le dépaysement est instantané sauf que ce manga, comme de plus en plus d'autres, est 100% "made in France".
 
Signe de l'engouement pour ces auteurs français, certains d'entre eux sont non seulement édités en France mais aussi chez les très sélectifs éditeurs japonais.
 
"Ayakashi", en librairie à partir du 6 juillet, est l'oeuvre de VanRah, une jeune femme originaire du Var, et d'Izu, pseudonyme derrière lequel se cache le "frenchie" Guillaume Dorison, ancien éditeur chez Les Humanoïdes associés.
 
Outre "Ayakashi", VanRah, véritable star dans le milieu du comics aux Etats-Unis, est également l'auteure de la populaire série de mangas "Stray Dog" (Glénat).

De nombreux auteurs français de manga et de dessin animé japonais

Parmi les autres auteurs français invités à la Japan Expo, il y a Reno Lemaire, 36 ans, qui depuis dix ans réjouit des milliers de fans avec sa série à succès "Dreamland" (Pika).
 
Editée par Kana, Elsa Brants est l'auteure de "Save me Pythie" un manga  déjanté situé dans la Grèce antique. Son compagnon, Guillaume Lapeyre est également un "mangaka" (auteur de manga) réputé, créateur de la série "City Hall" (Ankama), mettant en scène des personnages appelés Jules Verne et Arthur Conan Doyle.
 
On peut encore citer l'artiste français Shonen (adolescent en japonais), dessinateur et scénariste de la série "Outlaw Player" (Ki-oon) qui devrait  bientôt être adaptée par un studio d'animation japonais, et Tony Valente dont  le manga "Raddiant" (Ankama) est également sorti au Japon. Ou encore Camille  Moulin-Dupré, un Breton de 35 ans qui a publié chez Glénat "Le voleur d'estampes", un manga d'une beauté stupéfiante.
 
A découvrir également des Français qui s'illustrent dans les studios d'animation japonais comme Thomas Romain, Stanislas Brunet ou encore Eddie Mehong.

Hiro Mashima, Hitori Renda et Linco parmi les invités japonais

Mais, Japan Expo est aussi l'occasion pour les quelque 250.000 visiteurs attendus (ils étaient un peu plus de 247.000 l'an dernier) de rencontrer de grands auteurs japonais. Notamment Hiro Mashima, 39 ans, un des "mangakas" les  plus lus au monde, connu notamment pour sa série "Fairy Trail" (Pika) qui  compte à ce jour plus de 50 volumes, ou "Rave" (série en 35 volumes édités chez Glénat).
 
Parmi les "mangakas" invités figurent également Hitori Renda ("King's Game", Ki-oon), la jeune Japonaise Linco qui vient de publier chez Glénat  "Chroniques de Lapicyan", Yoko Hanabusa, auteure de "Gwendoline", manga culte des années 1980, qui vient à Japan Expo à l'occasion de la réédition de la  série chez Isan manga. Ou encore Harumo Sanazaki, une "mangaka" qui a travaillé sur plus d'une centaine d'ouvrages et enseigne désormais l'art du manga dans le monde entier.
 
Le manga demeure une aubaine pour l'édition française. Ce secteur a généré un chiffre d'affaires de 94,6 millions d'euros en 2015, selon une étude de l'institut GfK pour Livres Hebdo. Quelque 12,4 millions de volumes ont été vendus en France en 2015 et c'est le manga pour adultes qui progresse le plus.

Un "Daruma d'or" pour Hiroyo Oku

Après quatre ans sans prix, le festival distribuera des récompenses pour les meilleures productions asiatiques dans les univers du manga et de l'animation.
 
C'est Hiroyo Oku qui recevra le "Daruma d'or" (grand prix du jury) pour son  manga "Last hero Inuyashiki" (Ki-oon).
 
Japan Expo est gratuit pour les enfants de moins de 8 ans. Le prix d'entrée  varie de 15 euros (le jeudi) à 25 euros (le samedi) et 20 euros les autres jours.