Angoulême : les Japonais fâchés par une exposition de BD sud-coréenne

Par @Culturebox
Publié le 03/02/2014 à 09H22
Festival Angoulême 2014 : exposition "Fleurs qui ne fanent pas"

Festival Angoulême 2014 : exposition "Fleurs qui ne fanent pas"

© NICOLAS TUCAT / AFP

"Le festival de la BD a été contaminé par la propagande sud-coréenne": des messages de cette nature pleuvent sur la France ces derniers jours au Japon, à cause d'une exposition à Angoulême sur les "femmes de réconfort" coréennes, prostituées de force par l'armée japonaise durant la guerre.

"À l’initiative du gouvernement de Corée du sud, une exposition collective d’auteurs de ce pays revient sur la mémoire douloureuse qu’ont gardée les Coréens des « femmes de réconfort », témoins et victimes de l’Histoire tragique du XXe siècle." C'est ainsi qu'est présentée sur le site du festival d'Angoulême l'exposition sud-coréénne qui fâche les Japonais ,

Des Coréennes ont-elles été réduites à l'état d'esclaves sexuelles de soldats nippons lors de l'occupation de la Corée par l'armée impériale japonaise, cette question empoisonne toujours les relations entre Tokyo et Séoul. La plupart des historiens estiment à 200.000 le nombre de femmes --surtout des Coréennes, Chinoises et Philippines-- victimes de cette pratique pendant la Seconde Guerre mondiale.

"Le sujet est extrêmement sensible et cette exposition (qui présente uniquement le point de vue sud-coréen) ne va faire qu'aggraver les relations difficiles entre le Japon et la Corée du Sud", regrette l'internaute Te Satomi sur la page Facebook de l'ambassade de France à Tokyo où est présenté le Festival.

"Cet événement a sans doute aussi une vocation éducative auprès des jeunes. Le cas échéant, il faut faire preuve de prudence", ajoute le même auteur d'un très long argumentaire. Cette querelle historique est l'une des raisons pour lesquelles le premier ministre japonais Shinzo Abe et la présidente sud-coréenne Park Geun-Hye, arrivés au pouvoir à peu près en même temps, ne se sont jamais rencontrés officiellement. "J'adore la France, mais il est franchement regrettable que les bandes dessinées soient utilisées comme outils de propagande", renchérit un autre.

"La France doit présenter des excuses"

"La France doit présenter ses excuses au Japon pour cette injustice, le point de vue du Japon sur ce sujet n'ayant pas été présenté", exigent plusieurs intervenants. "Le sujet nous a été proposé par le gouvernement sud-coréen mais les artistes ont eu toute liberté pour l'évoquer, en toute indépendance", se défend Franck Bondoux, délégué général du Festival. Et d'ajouter: "nous ne prenons pas parti et n'acceptons pas qu'il y ait des tentatives de récupération de part et d'autre".
Exposition "Fleurs qui ne fanent pas" Angoulême © NICOLAS TUCAT / AFP
L'ambassade de France à Tokyo n'avait toujours pas réagi lundi matin sur sa page Facebook ni ailleurs, mais envisageait de poster plus tard un commentaire. En attendant, les plus fâchés se déchaînent sur les forums de discussion. Le problème lié à cette exposition est aussi relaté par les médias nippons.

Le journal Sankei parle pour sa part "d'exposition organisée par le gouvernement sud-coréen qui affirme dans la présentation que le Japon ne reconnaît pas les exactions faites aux femmes". Le quotidien regrette que les visiteurs européens en ressortent persuadés que les Japonais sont horribles. Le porte-parole du gouvernement japonais a quant à lui jugé que le différend à Angoulême n'était pas du ressort des dirigeants politiques, mais l'ambassadeur du Japon à Paris, Yoichi Suzuki, a "regretté vivement que cette exposition ait lieu".

Le ministre nippon des Affaires étrangères, Fumio Kishida, a pour sa part déploré que cet incident aille "contre la volonté d'approfondir la compréhension et la paix internationales à travers la bande dessinée".