Didier Tronchet partage ses vies de bulles avec les ados

Par @Culturebox
Mis à jour le 30/04/2015 à 11H28, publié le 30/04/2015 à 10H40
Planches de "Là bas" de Didier Tronchet 

Planches de "Là bas" de Didier Tronchet 

© Didier Tronchet/Capture d'écran

Auteur-dessinateur et grand voyageur, Didier Tronchet est devenu célèbre grâce à Raymond Calbuth et de Jean-Claude Tergal, deux anti-héros loufoques et attachants. Mais le nordiste met aussi son talent au service de récits vécus à l’image de "Vertiges de Quito" (Ed. Futuropolis). Des expériences et un parcours de vie qu'il est venu partager avec des collégiens et lycéens de Haute-Loire.

Cette rencontre s'inscrivait dans un projet qui vise à établir des passerelles entre le collège et le lycée par le biais de la lecture. Les élèves sont amenés à lire quatre œuvres : deux bandes dessinées et deux romans. C’est dans ce cadre que Didier Tronchet est venu parler de son travail mais également de son parcours, celui d’un dessinateur autodidacte, touche-à-tout car Tronchet est aussi écrivain, scénariste, homme de théâtre et grand voyageur.

Reportage : E. Monnier / E. Taxil / A. Després 

Deux passions : la BD  et le journalisme 


Didier Vasseur (le pseudonyme de Tronchet, emprunté à une rue de Paris, n’arrivera que plus tard) passe son enfance à Marles-les-Mines dans le Pas de Calais. Une période marquée par le décès brutal de son père quand Didier avait trois ans et par un goût immodéré pour la BD comme lecteur mais aussi, déjà, comme dessinateur.

Didier va pourtant d’abord étudier le journalisme à Lille avant de faire ses premiers pas au Matin de Paris en 1980. Trois ans plus tard, il devient rédacteur en chef de Métropoche, un petit magazine spécialisé dans l’actualité culturelle de la région lilloise. C’est là qu’il publie ses premiers dessins et cela "sans bagage technique très efficace", dixit l’auteur lui-même. Il crée son premier anti-héros, "Raymond Calbuth", qui fera aussi escale chez Pilote.
Raymond Calbuth - Didier Tronchet © Ed. Glénat
Tronchet collabore régulièrement à Fluide Glacial dès 1987. Il est aussi scénariste pour trois épisodes de la BD "Raoul Fulgurex, autre parodie de héros traditionnel. En juin 1989, il débute chez Delcourt la série loufoque "Jean-Claude Tergal".

Ce personnage fétiche, Tronchet l’a même interprété seul en scène pendant un an au Point Virgule et en tournée. Et si Tergal et Calbuth sont deux losers magnifiques, ils ont permis à Didier Tronchet de récolter deux fois le prix humour du festival d'Angoulême. Ses pairs lui reconnaissent un sens de la formule, un humour très personnel et une écriture graphique très efficace.
Jean-Claude Tergal - Didier Tronchet © Fluide Glacial
Mais Didier Tronchet sait aussi porter son talent vers d’autres histoires comme, "Le quartier évanoui" paru chez Glénat, un roman BD réalisé avec Anne Sibran, sa compagne. Un duo qui se reformera pour "Là-bas", adaptation du roman d'Anne Sibran "Bleu figuier" (Grasset), l’histoire d’un pied-noir réfugié en France après la guerre d'Algérie.
 
Dernière production en date, "Vertiges de Quito" où il raconte son périple en Equateur avec compagne, fils de 10 ans et chat. Le voyage qui devait durer douze mois se prolongera durant trois ans. Ce récit, d’abord publié dans la revue XXL, a débouché sur un album riche d’anecdotes, de ressentis et qui est avant tout un appel à s’ouvrir aux autres.
Extrait planche "Vertiges de Quito" Didier Tronchet

Extrait planche "Vertiges de Quito" Didier Tronchet

© Futuropolis
" Vertiges de Quito – Les aventures extraordinaires de l’auteur, sa famille et son chat en Amérique du Sud "  par Didier Tronchet
Editions Futuropolis
120 pages
18,50 euros