Des protestants évangéliques parodient la dernière une de Charlie Hebdo

Par @Culturebox
Publié le 07/01/2016 à 11H23
La une de Charlie parodiée par des protestants évangéliques

La une de Charlie parodiée par des protestants évangéliques

© Avec JACQUES DEMARTHON / AFP

Sous le titre "Pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font", des protestants évangéliques ont décidé de répondre par la parodie à la caricature parue mercredi à la une du numéro spécial de Charlie Hebdo, un an après l'attentat jihadiste qui l'a visé.

Sur cette fausse une de magazine publiée par l'Entente des Eglises protestantes évangéliques de l'eurométropole de Strasbourg, le titre "Charlie Hebdo" est remplacé par un "Notre Père" dans la même police de caractères. Et à la place du titre "un an après. L'assassin court toujours", cette mention renvoyant aux paroles de Jésus sur la Croix rapportées par les Evangiles: "2.000 ans après. Pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font". Enfin le dieu barbu, armé d'une kalachnikov et à l'habit ensanglanté sous l'oeil "omniscient" dans son triangle laisse place à un grand crayon gommant "les usages abusifs" de la liberté d'expression, "cette liberté si précieuse", notent ces protestants évangéliques.

Réactions discrètes des représentants des cultes

"Nous, chrétiens, ne répondons pas aux attaques par la moquerie, l'offense et l'incitation à la querelle mais par le pardon", lit-on dans le petit texte accompagnant en ligne cette une.

Les représentants des cultes ont globalement assez peu réagi, du moins officiellement, à la caricature publiée mercredi par Charlie. Certes le quotidien officiel du Vatican, L'Osservatore Romano, a estimé qu'"utiliser Dieu pour justifier la haine est un véritable blasphème, comme l'a dit à plusieurs reprises le pape François".

Mais à Paris, où le délit de blasphème n'existe pas en droit, la Conférence des évêques de France (CEF) s'est contentée de tweeter: "La CEF ne commente pas ce qui ne cherche qu'à provoquer", ajoutant toutefois: "Est-ce de ce genre de polémique que la France a besoin?"

De son côté, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) a souligné lors d'un débat à l'Assemblée nationale que "la liberté d'expression doit être totale". "Je n'ai jamais dit que j'étais blessé par ce dessin, mais si des croyants disent qu'ils se sentent heurtés, il faut leur reconnaître cette liberté-là", a développé Anouar Kbibech, jugeant la une de Charlie parue mercredi "nulle".