BD historique : les secrets de "Soliman le Magnifique"

Par @Culturebox
Publié le 02/01/2015 à 15H29
Soliman le Magnifique © Glénat/Fayard

L’histoire et la BD font bon ménage en France. Auteurs de "Soliman le Magnifique", à paraître le 7 janvier 2015 chez Glénat/Fayard, la co-scénariste Clotilde Bruneau et l’historien Julien Loiseau nous ont expliqué comment ils ont associé leurs forces pour "fabriquer" cet album qui retrace les dernières années du règne du plus grand sultan ottoman.

"Soliman le Magnifique". Ce nom personnifie à lui seul l’âge d’or de l’Empire ottoman. Depuis son palais mystérieux de Topkapi, bâti sur les hauteurs d’Istanbul, ce puissant sultan dirigea au XVIe siècle un empire à cheval sur trois continents : l’Asie, l’Europe et l’Afrique.
 
C’est à ce personnage de légende que les maisons d’édition Glénat et Fayard consacrent une bande dessinée dans leur belle collection "Ils ont fait l’Histoire". Le pari est audacieux. Car à la différence de "Napoléon", "Jaurès" et "Vercingétorix", qui ont eux aussi fait l’objet d’une adaptation historique en 2014, le sultan ottoman est beaucoup moins connu du grand public.
Soliman le Magnifique, représenté par Titien.

Soliman le Magnifique, représenté par Titien.

© wikipedia
 
"Une injustice" et en même temps "un challenge" pour la co-scénariste de la BD, Clotilde Bruneau. Sollicitée par Glénat pour exercer ses talents sur ce projet, cette jeune femme de 27 ans, déjà scénariste de "Charlemagne", s’est plongée avec délice dans la vie de ce sultan, tissée de guerres, de drames familiaux et d’intrigues politiques.
 
Si bien qu’elle en parle désormais avec une belle érudition, ayant beaucoup lu sur le sujet et voyagé jusqu’à Istanbul pour mieux saisir l'atmosphère unique de l’ancienne Constantinople.
 
Un travail en amont indispensable pour réaliser une BD historique. A fortiori quand celle-ci se déroule au XVIe siècle dans un empire aux mœurs et aux rouages politiques à mille lieux de ceux qui prévalaient à la même époque à la cour de François 1er, contemporain de "Soliman le Magnifique".

Soliman le Magnifique, "un personnage incroyable" 
 
"Je ne pensais pas tomber sur un personnage aussi incroyable", confie Clotilde Bruneau. "Soliman est un personnage de roman et avec lui l’histoire s’est écrite presque toute seule."
 
Il est vrai qu’avec ses 45 ans de règne, la vie de "Soliman le Magnifique" se prête bien à la narration. Et c’est sans doute une des raisons pour lesquelles les bandes dessinées historiques de Glénat et Fayard, avec leurs héros hauts en couleur, remportent un si vif succès auprès du public, avide de voyager à travers le temps et de se cultiver – sans être assommé par la lourdeur d'un livre d'histoire traditionnel. 
Secrets d'histoire sur "Soliman le Magnifique".
Toutefois méfiance, avertit Clotilde Bruneau : "Soliman le Magnifique" est certes "une fiction" et "pas un bouquin de thésard". "Mais la collection veille à ce que ce soit le plus rigoureux du point de vue historique."

La présence d'un historien, gage de l'authenticité du récit
 
D’où la présence aux côtés des scénaristes et du dessinateur d’un universitaire garant de la crédibilité historique. Pour "Soliman le Magnifique", l’historien Julien Loiseau, spécialiste de l’Islam médiéval et fin connaisseur des subtilités ottomanes, a été sollicité. Une "aventure grisante" pour lui. 
 
L’entente entre le spécialiste et les artistes pour ce genre de travail consiste en "un aller-retour permanent", décrypte-t-il. Elle est souvent la clef de la réussite d’un album historique. Cela semble avoir été le cas pour "Soliman le Magnifique". Julien Loiseau a "totalement capté l’aspect narratif" du projet, témoigne Clotilde Bruneau avec enthousiasme.
L'intérieur de la majestueuse mosquée Süleymaniye (Soliman) à Istanbul.

L'intérieur de la majestueuse mosquée Süleymaniye (Soliman) à Istanbul.

© Hervé BRY (Flickr)
Pour Julien Loiseau, le travail de l'universitaire sur cette BD a consisté à "tout vérifier" : "les détails historiques du scénario, la vraisemblance des situations et des dialogues, l'historicité des armes, des vêtements, du mobilier. L'enjeu étant de proposer un récit et une interprétation du règne qui soient historiquement étayés (...)."

En complément de l'oeuvre, le spécialiste a également rédigé un "bref dossier historique" afin de donner aux lecteurs "les points de repère chronologiques (et) les grandes clés de lecture de la biographie dessinée – autant d'informations qu'il est difficile de faire passer dans les dialogues, sauf à les alourdir et à les rendre exclusivement didactiques." 

Les dernières années du règne de Soliman le Magnifique

Raconter l’histoire d'un grand homme en 46 planches n'est cependant pas une mince affaire. Aussi les auteurs ont-ils choisi "un angle précis" de la vie de "Soliman le Magnifique", en l'occurence les dernières années de son règne, où la question de sa succession devint cruciale. La raison ? Cette période était "susceptible d'éclairer non seulement la vie et l'œuvre du personnage, mais aussi l'idéologie et la culture de son temps", explique Julien Loiseau. 
"Soliman le Magnifique" est le héros d'une série turque très populaire au Moyen-Orient, "Le siècle magnifique".

"Soliman le Magnifique" est le héros d'une série turque très populaire au Moyen-Orient, "Le siècle magnifique".

© Capture d'écran Show TV
Survenue en pleine campagne militaire en Hongrie, la mort de "Soliman le Magnifique" en 1566 et le rapatriement de sa dépouille à Istanbul dans des circonstances rocambolesques occupent par conséquent une place importante dans le récit. Un "épisode dingue", selon Clotilde Bruneau, qui évita sans doute une crise politique au sommet de l'Etat. 

"Soliman le Magnifique" promet donc de jeter une lumière crue sur un pan méconnu et néanmoins fascinant de l'histoire de l'Empire ottoman au XVIe siècle. 


"Soliman le Magnifique" de Clotilde Bruneau, Esteban Mathieu, Christian Pacurariu, Julien Loiseau (Glénat/Fayard) 56 pages 14,50 €

Julien Loiseau sera par ailleurs le conseiller d'une autre BD historique à paraître dans les prochains mois dans la collection "Ils ont fait l'Histoire" : "Saladin".