BD : Chauve(s), une histoire d'amour plus que de maladie

Par @Culturebox
Mis à jour le 28/07/2015 à 15H46, publié le 18/06/2015 à 16H49
Chauve(s), illustration de couverture © Benoît Desprez/ La Boite à Bulles

Touchant, poignant, drôle. Tel est le récit dessiné de Benoît Desprez. Dans ce premier album il parle d'amour de la plus belle manière.

"C'est l'histoire de la femme que j'aime... (et elle a un cancer)", dit Benoît Desprez en quatrième de couverture de son album. C'est une histoire d'amour en effet, avant d'être une histoire de maladie.

Benoît vit à Oullins dans l'agglomération lyonnaise, quand il tombe amoureux d'Olivia, installée en Bretagne. Ils entretiennent une relation à distance, il fait des allers-retours. Un an et demi plus tard, elle apprend qu'elle a un cancer du sein. Il quitte tout pour vivre avec elle.
Extrait de planche de "Chauve(s)"

© Benoît Desprez /La Boite à Bulles
Le combat contre la maladie est dur, il faut aussi s'occuper des trois enfants d'Olivia. Les journées sont bien remplies, le couple est soudé, il fait face sur tous les fronts. Plus de place pour rien ? Non, la tribu est pleine de vie, et ne manque pas d'humour. C'est ce qui frappe dans ce récit, la vitalité sous-jacente, que l'on retrouve souvent dans les combats humains.

Olivia perd ses cheveux, c'est la partie visible de la maladie. Perruque, pas perruque ? ce sera sans, pour ne pas avoir à mentir, et à se montrer sans elle dans certaines circonstances. Ce sera assumé.
Extrait de "Chauve(s)"

© Benoît Desprez / La Boite à Bulles
Il y a de la poésie dans cet amour vrai. Les décalcomanies, chaque jour différents, que Benoît appose sur le crâne d'Olivia. Les baignades nocturnes, pour contrer l'interdiction de prendre le soleil. Il y a aussi de l'impuissance, quand il faut passer entre les mains de quantité de soignants, quand il faut être à côté, et ne pas pouvoir prendre toute la douleur de l'être aimé. Il y a de la solitude, forcément. Alors l'envie de dessiner revient, juste pour exorciser. Et pour le plaisir de tracer la silhouette sexy et les grands yeux d'Olivia.
Extrait de l'album "Chauve(s)"

© Benoît Desprez / La Boite à Bulles
Les dessins sont devenus des planches, les planches un album. Le premier de Benoît Desprez. Ca devait arriver, il a toujours dessiné, et n'a jamais quitté le crayon, même dans sa vie professionnelle, notamment comme illustrateur indépendant. Souvent un premier livre contient beaucoup de l'auteur, l'idée atteint ici son paroxysme. C'est un récit intime, autour de deux choses universelles, l'amour et la maladie. Le résultat est magnifique, et on n'en ressort pas indemne, comme de l'amour et de la maladie.

Aujourd'hui Olivia est en rémission. L'album commence sa vie. Si Benoît Desprez n'avait pas pensé cet album comme une thérapie pour les femmes atteintes d'un cancer du sein, il reçoit déjà des témoignages chaleureux de femmes qui vivent ce parcours, ou de proches . "Je voulais raconter une histoire d'amour. Que ça aide, ce serait chouette", dit-il modestement.

Chauve(s), de Benoît Desprez, la Boite à Bulles, 12 euros.
Chauve(s), la couverture

© La Boite à Bulles