Bande dessinée : fin de croissance

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 23/01/2012 à 09H24
Au Festival international de la BD d'Angoulême en 2010

Au Festival international de la BD d'Angoulême en 2010

© AFP/ROMAIN PERROCHEAU

A quelques jours de l'ouverture du Festival d'Angoulême, la bande dessinée n’affiche plus depuis deux ans le rythme de croissance exponentielle dont elle a bénéficié pendant quinze années. Toutefois, le bon volume des ventes engrangées pour les fêtes de fin d’année, devrait permettre au marché de se maintenir en 2011 au-dessus de la moyenne de celui du livre.

Chiffres en série
La bande dessinée avait commencé 2011 dans le rouge, avec un recul de 2,5% au premier trimestre, d'après le baromètre Livres Hebdo/1+C, avant d'afficher un bond de 1,5% au deuxième et un recul de 1% au troisième. Pendant ce temps le marché du livre régressait de 1%, 0,5% et 1% au cours des trois premiers trimestres, relève l'hebdomadaire spécialisé qui dresse un bilan du secteur à la veille du 39e festival international de la BD d'Angoulême, du 26 au 29 janvier.

De son côté, Ipsos évalue le marché de la bande dessinée à 32,8 millions de volumes (-1,6%) et 347 millions d'euros (+1,9%). Selon une autre étude de l'institut GfK, plus de 38 millions de volumes ont été vendus en 2011 pour un chiffre d'affaires de 416 millions d'euros, ce qui représente 12% du chiffre d'affaires du marché total du livre.

Les ventes ont légèrement baissé en quantité (-0,4%) mais ont progressé en termes de chiffre d'affaires avec un bond de 3,9% par rapport à 2010, note GfK. C'est la BD Jeunesse qui a été la plus dynamique, avec une forte croissance (+5,8% en volume et +12% en chiffre d'affaires).

Des séries récentes comme "Les Légendaires" de Patrick Sobral, "Les Blagues de Toto" de Thierry Coppee, toutes deux chez Delcourt, "Les Sisters" de William Maury chez Bamboo ou "Seuls" de Fabien Vehlmann chez Dupuis ont rencontré un beau succès.

Classiques, séries et mangas font de la résistance
Les plus anciennes séries ne sont pas cependant en reste, dopées notamment par la sortie de films. "Le Secret de la Licorne" de Steven Spielberg propulse ainsi "Les Aventures de Tintin" (Casterman) en tête des ventes en volume par série. L'adaptation au cinéma de "L'Elève Ducobu" avec Elie Semoun place la série au 8e rang ou celle des "Schtroumpfs" au 11e.

Quant au manga, moteur de la croissance pendant des années, il a vu ses ventes ralentir en 2009 avant de baisser en 2010. Le recul est moins marqué en 2011 et le poids des mangas se stabilise à quelque 35% des ventes en exemplaires.

Le top 10 des meilleures ventes de BD 2011 en volume confirme le succès de séries bien établies, qu'il s'agisse de mangas avec "Naruto" chez Kana et "One Piece" chez Glénat, ou d'albums comme "XIII" chez Dargaud, "Thorgal" au Lombard ou "Blake et Mortimer" aux éditions éponymes.

Ce palmarès comporte aussi une surprise, "La planète des sages" de Charles Pépin et Jul, chez Dargaud, BD humoristique sur la philosophie qui retrace trois mille ans de pensée mondiale et se hisse à la 4e place.

Le deuxième volume de "Quai d'Orsay" d'Abel Lanzac et Christophe Blain chez Dargaud, qui dépeint les coulisses du ministère des Affaires étrangères, se classe pour sa part en 6e position et laisse augurer d'une année très politique y compris en BD.

Quant à la production, elle a encore progressé légèrement (+1,4%) en 2011 dans un marché dominé par les groupes Delcourt, Médias-Participations, Glénat, Flammarion et Hachette.