"Ainsi soit Benoîte Groult" : la vie d'une fringante féministe en bande dessinée

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Publié le 19/12/2013 à 15H42
"Ainsi soit Benoîte Groult"

"Ainsi soit Benoîte Groult"

© Catel / Grasset

Quand Catel, jeune auteur de BD rencontre Benoîte Groult, doyenne du féminisme, ça pétille. "Ainsi soit Benoîte Groult" est le nouveau roman graphique de l'auteur de "Kiki de Montparnasse". En dessinant la vie de Benoîte Groult, Catel trace, indissociable, celle du féminisme. Une "bio-graphique" à la fois passionnante et divertissante.

"Nos mamans ont été vos premières lectrices et admiratrices. Elles nous ont initié au féminisme", dit Catel à Benoîte dans une bulle au début d'"Ainsi soit Benoîte Groult". Elles se sont rencontrées en 2008. Le journal Libération donne à Catel carte blanche pour faire un reportage dessiné sur la personnalité de son choix. Catel hésite entre Bretecher et Groult. Elle choisit la deuxième. Première rencontre.
Catel et Benoîte Groult

Catel et Benoîte Groult

© Jean-François Paga – Grasset
A ce moment-là Catel travaille sur son "Olympe de Gouge" (Casterman, 2012) et Benoîte Groult, à 88 ans, vient de publier son autobiographie ("Mon évasion : autobiographie", Grasset, 2008). C'est le début d'une belle amitié et aussi la première pierre d'un projet improbable : Benoîte Groult n'aime pas la BD. Mais le "coup de foudre de l'amitié" fait sauter ses réticences.
Ainsi soit Benoîte Groult, la BD © Catel / Grasset
Elle accepte à plus de 90 ans de devenir une héroïne de bandes dessinées. Ca ne l'empêche pas de continuer à dire ce qu'elle pense de cette "sous-littérature" qu'on "lisait aux cabinets" et dont "on ne parlait pas le soir à table".

Une vie au service de la cause des femmes

"Ainsi soit Benoîte Groult" raconte une femme née juste après la Première Guerre Mondiale dans une famille bourgeoise. La petite Rosie, c'est comme ça qu'on l'appelle, a une mère excentrique, avec une très forte personnalité. "Un modèle de liberté mais aussi une source de complexes", nous dit Benoîte dans une bulle.  

Son père, plus discret, est créateur de meubles (André Groult). Rosie grandit en opposition à sa sœur Flora, blonde, passionnée par la mode, tandis qu'elle préfère se plonger dans les livres, jamais à l'image de ce qu'attend sa mère, qui lui répète sans cesse qu'elle ne trouvera jamais de mari. La famille fréquente les milieux artistiques et intellectuels, Cocteau, Jean Marais. Paul Poiret, le célèbre couturier, est son oncle "briseur de tabous".
 
A 18 ans elle obtient son Bac (avec mention) et décide de se faire appeler Benoîte, son nom d'état civil ("Le 31 janvier 1920, on avait dû espérer un Benoît"). La jeune femme se cherche des modèles, un moment tentée de se tourner vers Dieu. La suite raconte la construction d'une femme libre.
Ainsi soit Benoîte Groult, la femme libre

© Catel / Grasset
Les récits dans le récit

Catel déroule la vie de Benoîte sans chercher à respecter la chronologie. Du militantisme aux anecdotes croustillantes, Catel dessine par petites touches et sans tabou le portrait d'une femme moderne, sensible, drôle. On y découvre l'amante, l'épouse, la mère, la femme engagée. Les combats, l'amour, le sexe, l'avortement... Avec elle, on traverse le XXe siècle et l'histoire de l'émancipation des femmes.
"Ainsi soit Benoîte Groult" Catel", la militante

© Catel / Grasset
Au fil du récit, Catel raconte aussi son amitié avec Benoîte, que les années ne séparent pas, comme un pont jeté entre les générations, la vivacité inaltérable de Benoîte Groult, son humour, faisant d'elle une joyeuse amie.
Ainsi soit Benoîte Groult Carnets de Catel © Catel / Grasset
Catel a aussi intégré au récit le making off de ce roman graphique. Dessins, aquarelles, lettres. Toute cette matière et ces récits entremêlés font d'"Ainsi soit Benoîte Groult" un récit riche, qui fait reconnaître à Benoîte Groult les vertus de la bande dessinée "La littérature et la BD ont des pouvoirs différents (…) J'aurai vaincu mon dernier préjugé".  Un très beau portrait, d'une très belle femme.


Ainsi soit Benoîte Groult Catel (Grasset – 326 pages – 22 euros).