"Aaarg !" la revue dessinée à l'humour trash souffle sa première bougie

Par @Culturebox
Mis à jour le 21/11/2014 à 16H21, publié le 21/11/2014 à 16H04
Aaarg, extrait d'une "promo" humouristique

Aaarg, extrait d'une "promo" humouristique

© DR

C'est un rayon qu'on ne saurait trop vous conseiller de visiter régulièrement : celui des revues bimestrielles, trimestrielles ou semestrielles de votre librairie. On y trouve des trésors dans tous les genres : photos, reportages, dessins... Ainsi Aaarg !, digne héritier de Pilote ou Métal Hurlant, fête son premier anniversaire avec un numéro explosif.

Quoi bédéphile ? Tu ne connais pas encore "Aaarg !"?
Pour te résumer c'est un bimestriel dédié "à la bande dessinée et à la culture à la masse", dixit les créateurs. On y trouve des histoires courtes, des BD originales, des séries, des chroniques des dossiers... qui frayent avec la science-fiction, l'humour trash, les héros et les anti-héros. Bref, tout ce qui fait la bonne veine de la BD pour adultes. Alors bien sûr, il faut dépasser le stade tintinophile, mais franchement, ça vaut le coup d'oser, car on y trouve des auteurs à la hauteur.

C'est parfois potache, comme avec ces idées de couvertures du futur pour le premier anniversaire :
  • Aaarg ! quel cirque
  • Aaarg ! dans l'espace
  • Aaarg ! à l'ancienne
  • Aaarg ! pas pour tout le monde
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • Aaarg ! quel cirque

    © DR Aaarg ! quel cirque

  • Aaarg ! dans l'espace

    © DR Aaarg ! dans l'espace

  • Aaarg ! à l'ancienne

    © DR Aaarg ! à l'ancienne

  • Aaarg ! pas pour tout le monde

    © DR Aaarg ! pas pour tout le monde

Ou pince-sans-rire :
Strip 1 © DR
Strip 2
Strip 3 © DR
Si Aaarg ! est totalement indépendant et libéré de toute publicité, les créateurs se paient pour autant le luxe d'une édition soignée, couverture cartonnée, et nombreuses pages en couleur. Les auteurs ne sont pas des inconnus. Et si ce modèle économique est périlleux, car dépendant uniquement des lecteurs, les créateurs ne le lâcheraient pour rien au monde. L'équipe fondatrice est marseillaise, libérée aussi des canons de culture parisiens. Pierre Starsky, le rédacteur en chef, explique :

"On se revendique des cultures populaires : on vient de la bande dessinée, bien sûr, mais aussi de la musique, du cinéma, du graphisme... On est curieux, et comme les gens curieux on l'est de tout. Pourtant, et c'est paradoxal, aujourd'hui le monde de la culture est très balisé, le mélange de genres est rare. On prend le contre-pied de ce statu quo".

Aaarg ! numéro 6 spécial un an, 276 pages, 16 euros 50 (14 euros 90 pour les autres numéros).
Couverture du numéro 6 de Aaarg ! © DR/AAARG !