Amélie Nothomb rencontre sa Géante Majuscule à Lille

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 16/11/2011 à 18H36
Amélie Nothomb et sa Géante à Lille, le 16 novembre 2011.

Amélie Nothomb et sa Géante à Lille, le 16 novembre 2011.

© François Lo Presti / AFP

L'opiniâtreté d'une professeure de français nordiste a finalement porté ses fruits : une Géante, un très grand mannequin traditionnel fait de carton et d'osier, a été réalisée à l'effigie d'Amélie Nothomb. La romancière belge a rencontré mercredi sa Géante Majuscule sur la Grand'Place de Lille.

La rencontre s'est déroulée au son du groupe local Dixie Jazz Band et au milieu d'une sarabande d'écoliers. Coiffée et vêtue comme son modèle d'un chapeau haut-de-forme et d'un long manteau noir, et tenant un livre et un stylo, l'effigie haute de plusieurs mètres était portée à dos d'homme, comme le veut la tradition des fêtes nordistes qui remonte au XVIe siècle.

Avoir son Géant est un privilège rare
Réalisée par le plasticien Stéphane Deleurence, Amélie la Géante Majuscule est un des très rares Géants à représenter une personnalité vivante. Seul l'ex-Premier ministre et maire de Lille Pierre Mauroy avait eu cette faveur jusqu'ici. La grande majorité des Géants correspond plutôt à des héros de légendes locales.

"Il y a toujours eu une fratrie d'esprit entre Belges et Ch'tis et cette initiative surréaliste montre bien que le surréalisme belge comme ch'ti sont loin d'être morts", a déclaré l'auteure de "Stupeurs et tremblements".

Une action contre l'illétrisme
Cette rencontre constitue le point d'orgue d'un projet conçu par une ancienne professeure de français nordiste, Jacqueline Dehaynin, qui avait entamé en 2002 une correspondance avec Amélie Nothomb, devenue marraine de ses classes. Elle a donc voulu l'honorer et a convaincu l'association "La ronde des géants". 

Le but de l'opération est aussi de recueillir des fonds pour faire participer la nouvelle Géante à des animations à travers la région en faveur de la lecture et contre l'illétrisme, sous le parrainage d'Amélie Nothomb comme "ambassadrice des lettres".