Alexis Jenni, des tableaux noirs à "L'art français de la guerre"

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 20/09/2011 à 11H26
Alexis Jenni, des tableaux noirs à "L'art français de la guerre"

Alexis Jenni, des tableaux noirs à "L'art français de la guerre"

© Culturebox

Il sort son premier livre et le voilà déjà considéré comme LA révélation de la rentrée littéraire 2011-2012. Avec "L'art français de la guerre" (Gallimard), le lyonnais Alexis Jenni a séduit critiques et public, décrochant dans la foulée une sélection pour le Goncourt. Une réussite qui enchante ce professeur de biologie de 48 ans sans toutefois lui faire perdre la tête.

"Il y a un an, je pensais que je ne serais qu'un écrivain du dimanche" confie Alexis Jenni. Deux manuscrits ont en effet précédé "L'art français de la guerre". L'un est resté dans l'ordinateur, l'autre a été refusé par les maisons d'édition. Cela n'a pas découragé notre homme qui a mis cinq ans pour écrire ce (gros) livre (632 pages quand même !), un roman d'aventures où l'on suit la vie de Salagnon, un ancien parachutiste dessinateur, "qui a tout vécu, de la seconde guerre mondiale à la guerre d'Algérie". Deux guerres qui résonnaient en lui, de façon différente. La première en partie peut-être à cause des origines suisse-allemande de sa famille. La seconde parce qu'Alexis Jenni est né en 1963, un an après la fin de la guerre d'Algérie : "J'ai grandi à une époque où la France semblait être un peu sortie de l"histoire, où on s'occupait essentiellement de son enrichissement. Pour moi, un roman d'aventures était en quelque sorte une compensation à ce monde heureux et terne dans lequel j'ai vécu". C'est peut-être aussi pour échapper à ce monde que le jeune Alexis Jenni a d'abord été un lecteur de science-fiction. C'est elle qui l'a amené à la lecture. De quoi rassurer tous leurs parents d'élèves, désespérés par le manque de curiosité littéraire de leurs enfants. Qui sait ? de petits Jenni sommeillent peut-être en eux...

- A voir aussi sur Culturebox :
- Une-rentrée-litteraire-placée-sous-le-signe-de-la-profusion
- Jim-Fergus-part-sur-les-traces-de-marie-blanche-en-Picardie
- Rentrée-littéraire-2011--Amelie-Nothomb-presente-son-nouveau-roman-"Tuer-le-père"