Guillaume Apollinaris de Kostrowitzky est né à Rome le 26 août 1880. Il est le fils d'une Polonaise de vingt-deux ans, et d'un inconnu, peut-être Francesco Flugi d'Aspermont,  ancien officier du royaume des Deux-Siciles. Après une enfance et une adolescence passée en Italie, sur la Côte d’Azur et à Monaco, lui, sa mère et son frère s’installent à Paris en 1899. En  1901, il part en Rhénanie comme précepteur. Il connaît alors une année importante qui construira son univers mental. Il entreprend un long voyage à travers l’Allemagne et l’Europe centrale. Repoussé par la gouvernante de son élève, il rentre à Paris fin 1902, désemparé. Il avait écrit de nombreux poèmes, publié l’Hérésiarque qu’il signa pour la première fois de son nom de plume : Guillaume Apollinaire. Employé de banque, il fréquente les milieux littéraires, se lie avec Max Jacob, Alfred Jarry et André Salmont avec lequel il fonde Le Festin d’Esope. Il se lie à des peintres, Derain, Vlaminck et Picasso. En 1917, il rencontre Marie Laurencin, et l’amour qu’il éprouve renouvellera sa création poétique. Il publie son premier livre L’Enchanteur pourrissant illustré des bois de Derain. En 1910, L’Hérésiarque et Cie paraît et est nominé au Goncourt. Critique d’art à l’Intransigeant, il vit de sa plume en multipliant les publications. En 1911, un séjour fâcheux à la Santé pour soupçon de complicité dans le vol de La Joconde et l’éloignement  de   Marie Laurencin qui le  quitte en 1912 le bouleversent profondément. Dépité, il abandonne Auteuil, et s’installe au 202 boulevard Saint Germain,  Il fréquente le groupe berlinois de  Der Sturm et Lacerba, revue des futuristes italiens, se lie à Cendrars, les Delaunay. Alcools paraît en 1913, son premier grand recueil de vers, suivi par Les peintres cubistes, méditations esthétiques. Son activité est intense. Dès que la guerre éclate, il s’engage. Blessé à la tête en 1917, il est trépané (opération chirurgical qui consiste à percer la boîte crânienne). De son expérience dans les tranchées de Champagne  proviendront Calligrammes, « Cases d’Armons ». Fin 1916, après une longue convalescence, il publie la dernière version de Calligrammes. Les jeunes poètes se réclament de lui, Tzara  demande son parrainage  au Dadaïsme naissant. En 1918, il épouse Jacqueline Kolb, « La jolie rousse ». Ses blessures l’ont affaibli,  la grippe espagnole le 9 novembre 1918 l’achève.    

 

 

Editions

1956  Collection Bibliothèque de la Pléiade Gallimard Œuvres poétiques complètes Illustrations d'après les bois originaux de Raoul Dufy pour Le Bestiaire

2004  Hatier, collection : Profil (classes : 2nde, 1re, Terminale, Classes préparatoires)

2005 CD Album - Guillaume Apollinaire - Socadisc

2009 Collection : Classico Lycée éditeur : Belin,  dossier pédagogique de Henri Scepi

2014 Flammarion édition parascolaire

 

 

Adaptations

Film

- Film franco-italien Les exploits d'un jeune Don Juan (titre original : L’Iniziazione) de Gianfranco Mingozzi avec Marina Vlady (1987).

 

Télévision

- Le 29 mai 1960, Jean Mario Drot présente un épisode de l’émission « L’art et les hommes » consacrée à Apollinaire : http://www.ina.fr/video/CPF86602469/a-la-recherche-de-guillaume-apollinaire-video.html

- Le 18 mars 1963, Jean Cocteau raconte une anecdote sur l’utilité du « pansement héroïque » d’Apollinaire : http://www.ina.fr/video/I00006691/jean-cocteau-apollinaire-et-parade-video.html

 

Radio

- Toutes les émissions dédiées à Apollinaire sur France Culture

http://www.franceculture.fr/personne-guillaume-apollinaire.html

 

Théâtre

le 24 juin 1917 sont données Les Mamelles de Tirésias,  mise en scène de Pierre Albert-Birot au Théâtre Maubel. Guillaume Apollinaire le présente comme un  Drame sur-réaliste.   Récit  de la création des Mamelles de Tirésias par Geneviève Latour. L’enthousiasme et le scandale déchire le public. http://www.regietheatrale.com/index/index/thematiques/premieres/Pierre-Albert-Birot-Guillaume-Apollinaire.html

- Du 11 mars 2013 au 15 avril 2013 au théâtre de Nesle, création d’un voyage à trois voix parmi les plus célèbres poèmes du recueil Alcools, à l’occasion du centenaire de sa parution http://www.theatredenesle.com/e/alcools-apollinaire-3/2013-10-25/

 

 

Anecdotes

- Avant d'adopter Guillaume Apollinaire comme nom de plume, Wilhelm Apollinaris de Kostrowitzy signait ses premiers textes, en 1897, sous le pseudonyme de Guillaume Macabre.

https://criminocorpus.org/expositions/293/?start=22

- Le 21 août 1911, La Joconde de Léonard de Vinci est dérobée au musée du Louvre et l'affaire fait grand bruit. Apollinaire, à qui un ami a confié un buste volé au Louvre, décide de le restituer, attirant ainsi les soupçons de la police sur son compte. Il sera dans le cadre de l'enquête incarcéré à la prison de la Santé. 

- Article qui célèbre la publication  d’Alcools http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/action-culturelle/celebrations-nationales/recueil-2013/litterature-et-sciences-humaines/publication-d-alcools-de-guillaume-apollinaire/

 

 

Analyses, découvertes

- Article de Libération sur l’entrée de l’œuvre d’Apollinaire dans le domaine public

http://www.liberation.fr/culture/2013/09/29/guillaume-apollinaire-enfin-dans-le-domaine-public_935570

- Exposition et études d’Apollinaire  illustrées : les peintres cubistes

http://lewebpedagogique.com/hberkane2/alcools-1913-de-guillaume-apollinaire-le-contexte-historique-le-dadaisme-le-futurisme-le-cubisme-et-le-surrealisme/

- Apollinaire lit ses poèmes. Ces archives sonores marquent l’introduction du phonogramme comme outil de savoir et de connaissance au sein de l’Université : http://www.larevuedesressources.org/le-voyageur-lu-par-apollinaire,365.html

- Site officiel avec Apollinaire enregistré et filmé en 1914 : http://www.wiu.edu/Apollinaire/Biographie.htm

- Compte rendu du colloque de l’Université Paris 7 en janvier 2012 ayant pour thème « Problèmes d’Alcools » http://www.fabula.org/colloques/sommaire1664.php

Alcools 2x3 Acheter le livre sur Fnac.com Lire un extrait sur le site de l'éditeur