Haendel composa cette oeuvre pour la Royal Academy of Music en 1726.
Le livret de Paolo Rolli s’inspire de La Superbia d’Alessandro d’Ortensio Mauro. L’intrigue tourne autour de la figure d’Alexandre le Grand et sa conscience dénaturée de lui-même, qui le fait se prendre pour le fils de Jupiter. Aveuglé comme il l’est, il demande à ses subalternes à le proclamer comme tel et le traiter comme un dieu. 

Les capitaines macédoniens, excédés de son délire, conspirent contre lui avec l’intention de reconnecter sa psyché avec la réalité. Parallèlement à cette intrigue, deux femmes, Rossane et Lisaura, se disputent l’amour du protagoniste.

L’intérêt de cet opéra ne provient cependant pas uniquement de son intrigue, mais du contexte historique de la création à Londres en 1726. Le rôle principal était chanté par le castrat Francesco Bernardi, connu sous le nom de Senesino. Les deux rôles féminins étaient interprétés par Francesca Cuzzoni (Lisaura) et Faustina Bordoni (Rossane). Cuzzoni était la star féminine et la diva de la scène lyrique londonienne. Parmi les nombreux grands rôles que Haendel composa pour elle, elle chanta Cleopatra à la création de Giulio Cesare, et le rôle-titre de Rodelinda, regina de’Longobardi. À son apparition sur les scènes londoniennes, Faustina Bordoni, une nouvelle jeune chanteuse, captiva le public et la presse proclama qu’elle était la nouvelle Cuzzoni, ce qui déclencha la guerre légendaire entre les deux chanteuses. Haendel tira avantage de cette rivalité et engagea les deux divas dans son théâtre où il convertit les conflits de leur vie réelle en énergie dramatique.
 
Cette dangereuse constellation obligea Haendel à la prudence en attribuant aux deux prime donne le même nombre d’airs et en équilibrant l’importance de leurs rôles en accordant à chacune un duo avec le primo uomo, ainsi qu’en les unissant symboliquement dans le duo Placa l’alma. Néanmoins, la rivalité entre Francesca et Faustina alimentait la passion du public, divisé entre les supporters de Cuzzoni, la diva établie, et les admirateurs de Bordoni, la nouvelle venue. Dans le public, les explosions de sifflets et de hurlements se mêlaient aux acclamations durant les représentations, soutenant autant qu’elles dérangeaient les chanteurs sur scène.
 
L’opéra eut tant de succès que le théâtre dut augmenter le nombre de représentations hébdomadaires, qui s’élevait habituellement à deux. Cependant, il n’y eut que onze représentations au total, Senesino ayant annulé toute la production sous prétexte d’une indisposition. On dit qu’il était très mécontent et irrité de l’atmosphère qui régnait entre les divas guerrières. Le conflit entre les deux chanteuses et leur public divisé s’amplifia et culmina dans l’opéra de Bononcini Astianate où, en présence de la Princesse Caroline, Cuzzoni et Bordoni en virent aux mains.

Retrouvez chaque semaine les plus grands musiciens, chanteurs, danseurs, chorégraphes ou metteurs en scène Au clair de la lune, le jeudi sur France 2

Distribution

  • Date 02 juin 2013
  • Durée 2h 43min
  • Production Ozango
  • Compositeur Georg Friedrich Haendel
  • Metteur en scène Lucinda Childs
  • Chef d'orchestre George Petrou
  • Orchestre Orchestre Armonia Atenea
  • Décors et costumes Paris Mexis
  • Lumières George Tellos
  • Solistes Max Emanuel Cencic - Alessandro Blandine Staskiewicz - Rossane Adriane Kucerova - Lisaura Pavel Kudinov - Clito Xavier Sabata - Tassile Juan Sancho - Leonato Vasily Khoroshev - Cleone
A lire aussi