Pour leur 12e édition, Les Victoires du Jazz ont retrouvé le plus beau jardin du jazz, celui du Parc Floral de Paris. Palmarès.

Plus de 500 festivals en France célèbrent le jazz, des milliers de jeunes musiciens dans les conservatoires, quelques enregistrements se hissent régulièrement au plus haut des charts et pourtant, la soirée des Victoires du Jazz est la seule émission consacrée à cet univers sur une chaîne nationale.

Les noms faisaient rêver et annonçaient une soirée rayonnante. Objectifs atteints avec Thomas de Pourquery & Supersonic, Cécile McLorin Salvant, Vincent Peirani, Émile Parisien, Ping Machine, Daniel Zimmermann et bien d'autres qui concouraient aux différents palmarès de cette nouvelle édition des Victoires du Jazz. Réunis autour de trois catégories ("Artiste ou formation de l'année", "Révélation de l'année" et "Album de l'année"), les artistes et formations se sont produits dans le cadre chaleureux du Parc floral de Paris.

L'accent a plus que jamais été mis sur les artistes francophones, et le public a retouvé les musiciens les plus influents et novateurs de la scène jazz actuelle. 

Le tonitruant saxophoniste et chanteur Thomas de Pourquery, accompagné de son collectif Supersonic, a rendu un hommage percutant au pianiste et compositeur américain Sun Ra (1914-1993). Le projet Play Sun Ra remporte "l'Album de l'année", devant Thomas Savy (Bleu, chez Plus Loin Musique) et Ping Machine (Encore, live au petit Faucheux, chez Neuklang).
À seulement 24 ans, l'éblouissante Cécile McLorin Salvant, que certains comparent déjà à Ella Fitzgerald, était la seule femme en compétition. Elle ést venu au Parc floral confirmer son talent vocal et son statut de grande dame du jazz. Si elle est passée à côté du prix de la "Révélation", la qualité de ses interprétations et la finesse de son style, reconnues par tous, ajoutées à son jeune âge, lui promettent un avenir brillant, dans la lignée des plus grandes voix du jazz.
C'est Vincent Peirani, déjà lauréat du prestigieux Prix Django Reinhardt, qui est reparti avec le trophée, laissant la chanteuse et le tromboniste Daniel Zimmermann repartir du Parc floral les mains vides. L'accordéoniste virtuose s'est vu récompenser pour le coup de jeune et l'audace qu'il a su insuffler à l'instrument.
Son complice, le saxophoniste soprano Émile Parisien, a été sacré "Artiste de l'année". Une distinction qui vient récompenser son investissement avec son quartet ces dernières années, ainsi que le tandem qu'il a formé cet hiver avec Vincent Peirani autour de l'album Belle Époque. Dans sa catégorie concouraient le flûtiste et chanteur Magic Malik et le saxophoniste de jazz-ka Jacques Schwarz-Bart.

 
LE PALMARÈS DES 12e VICTOIRES DU JAZZ :

Artiste ou formation de l’année
Émile PARISIEN

Révélation de l’année (Prix Frank Ténot)
Vincent PEIRANI

Album de l’année
Play Sun Ra - Thomas de POURQUERY & SUPERSONIC

Distribution

  • Date 13 juin 2014
  • Durée 2min