Lille Art Fair invite à faire son marché dans la création contemporaine

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 13/04/2012 à 18H04
La foire a accueilli 15.000 visiteurs l'an dernier, une performance.

La foire a accueilli 15.000 visiteurs l'an dernier, une performance.

© Lille Art Fair

La cinquième foire Lille Art Fair qui se tient à Lille Grand Palais jusqu'au 15 avril 2012 se veut un rendez-vous incontournable pour les amateurs d'art contemporain. Les 95 galeries présentes espèrent bien faire découvrir leurs coups de coeur parmi les 420 artistes exposés. Hormis la FIAC à Paris, l'évènement entend se classer dans le trio de tête des grands salons d'art nationaux aux côtés de Strasbourg et Nîmes.

En 2012, Lille Art Fair compte bien renouveler la performance du côté de la fréquentation de ses allées. Après avoir attiré 15.000 visiteurs l’an dernier, soit 18% de plus par rapport à l’année précédente, la direction de l’évènement conserve la même recette : offrir une vitrine au meilleur de l’art contemporain en misant sur "la qualité, l’accessibilité, la diversité et l’étonnement". Un programme alléchant qui laisse la part belle aux œuvres abordables plutôt qu’à celles qui enflamment les cotes.

Des ventes à dynamiser

Dans un contexte de morosité économique, les achats impulsifs et conséquents devenant plus rares, Lille Art Fair tire son épingle de jeu grâce à sa proximité géographique avec Paris, mais aussi Londres et Bruxelles, vivier d’acquéreurs potentiels. La foire attire notamment les collectionneurs belges connus pour leurs moyens et leur intérêt pour la création contemporaine.

Invité d'honneur : Jacques Villeglé 

Le salon qui prend ses aises sur quelque 12.000 mètres carré s’est malgré tout, recentré cette fois sur la peinture, la sculpture et l’estampe. L’invité d’honneur est un grand nom de la création : Jacques Villeglé. Co-fondateur du mouvement des Nouveaux réalistes aux côtés de César, Christo et Yves Klein entre autres, l’octogénaire expose à l’entrée de Lille Grand Palais, une œuvre en acier réalisée il y a une dizaine d’années et baptisée "Yes" où l’on retrouve les sigles du yen, de l’euro et du dollar. Plusieurs galeries donnent également un aperçu de sa production graphique et plastique.

"Yes" en cours d'installation sur le parvis de Lille Grand Palais.

"Yes" en cours d'installation sur le parvis de Lille Grand Palais.

© Lille Grand Palais

L'exotisme de Chayan Khoï

Parmi les artistes à ne pas rater, Chayan Khoï. Une exposition inédite lui est consacrée. Ce photographe, peintre et vidéaste iranien a créé ce qu’il appelle le "cyberréalisme. Il rapporte de ses voyages, des images étranges et fabuleuses, mais aussi des carnets qui lui valent aujourd’hui une grande notoriété.