L'Etat rachète la tour Utrillo de Montfermeil, future Villa Medicis en banlieue

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 22/12/2011 à 19H01
Vue prise depuis la tour Utrillo, à Montfermeil (Seine-Saint-Denis)

Vue prise depuis la tour Utrillo, à Montfermeil (Seine-Saint-Denis)

© AFP/BERTRAND GUAY

Le ministère de la Culture a racheté jeudi la tour Utrillo, située à Montfermeil en Seine-Saint-Denis, destinée à devenir une Villa Médicis en banlieue.

Premier pas du Grand Paris culturel
L'achat de la tour Utrillo est "la première étape pour concrétiser un projet phare du Grand Paris culturel : la tour Médicis de Clichy-sous-Bois/Montfermeil, établissement culturel de résidence artistique et de formation", a confirmé le ministère de la Culture à l'AFP, reprenant une information du Parisien. Le ministère n'a toutefois pas donné de date pour l'aboutissement du projet. Le montant de l'achat de la tour par l'Etat n'a pas non plus été précisé.

Située sur le plateau de Clichy-sous-Bois/Montfermeil, l'ancien immeuble de bureau était promis à la démolition dans le cadre du renouvellement urbain. Mais les maires des deux villes se sont mobilisés et ont réussi à se faire entendre par le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand. Celui-ci a dirigé en 2008 et 2009 la Villa Médicis  à Rome, résidence d'artistes et symbole de l'excellence française.

Comme l'illustre résidence d'artistes italienne, la tour Utrillo va donc devenir une résidence d'artistes, qui devrait être ouverte aux habitants, au coeur de la cité des Bosquets.

Xavier Lemoine, maire (UMP) de Montfermeil (Seine-Saint-Denis)

Xavier Lemoine, maire (UMP) de Montfermeil (Seine-Saint-Denis)

© AFP/JACQUES DEMARTHON

Désenclaver Clichy et Montfermeil
"Ce rachat de la tour Utrillo est une bonne nouvelle : cela montre que le projet a reçu les arbitrages politiques et financiers pour sa réalisation, qu'il y a une dynamique de mise en oeuvre", s'est félicité le maire de Montfermeil Xavier Lemoine (UMP).

"C'est une première étape substantielle et irréversible", s'est-il encore réjoui, avant d'expliquer que le métro automatique du Grand Paris devrait s'arrêter au pied de la tour. Autant de projets qui pourraient changer l'image de Clichy et Montfermeil, villes enclavées où avaient démarré les émeutes urbaines en 2005.