"L'Enfant de l'étranger" d'Alan Hollinghurst prix du Meilleur livre étranger

Par @valerieoddos Journaliste, responsable de la rubrique Expositions de Culturebox
Publié le 15/11/2013 à 12H15
Alan Hollinghurst a reçu le prix du Meilleur livre étranger pour "L'Enfant de l'étranger"

Alan Hollinghurst a reçu le prix du Meilleur livre étranger pour "L'Enfant de l'étranger"

Le Prix du meilleur livre étranger a été attribué dans la catégorie roman à l’écrivain britannique Alan Hollinghurst pour "L'Enfant de l'étranger" (Albin Michel), une saga sur trois générations du XXe siècle et une réflexion ironique sur les caprices de la mémoire.

Dans "L'Enfant de l'étranger" (The Stranger's Child), roman de plus de 700 pages qu'il a mis plus de quatre ans à écrire, Alan Hollinghurst ausculte la société britannique, son regard sur l'homosexualité, les rapports de classe, au fil d'une éblouissante fresque, rythmée par des éclats de poésie, d'ironie et des dialogues tout en retenue, de 1913 à 2008.
 
Fils unique d'un banquier, Alan Hollinghurst est né le 26 mai 1954 à Stroud, dans le Gloucestershire. Il a fait ses études et enseigné les lettres à l'université d'Oxford. Il a aussi été critique littéraire au Times Literary Supplement de 1982 à 1995.
 
Alan Hollinghurst déjà abondamment primé dans son pays
Son premier roman, "La Piscine-bibliothèque", qui raconte le Londres de  l'été 1983, à l'apogée d'une frénésie de liberté et de sexe, où les personnages  sont presque exclusivement homosexuels, a fait rapidement de Hollinghurst l'un des plus célèbres écrivains gays contemporains, même si l'auteur juge cette étiquette restrictive.
 
Dans son pays, il a reçu les prix littéraires les plus prestigieux, dont le Somerset Maugham Award pour "La Piscine-bibliothèque", en 1988, et le Booker Prize, en 2005, pour "La Ligne de beauté". "L'Enfant de l'étranger" est son cinquième roman, le troisième traduit en français.
 
L'auteur belge Erwin Mortier a reçu le prix du Meilleur livre étranger dans la catégorie essai pour "Psaumes balbutiés. Livre des heures de ma mère" (Fayard), où il décrit la dégénérescence de sa mère en une succession de fragments poétiques.
 
Créé en 1948, le prix du Meilleur livre étranger est décerné par un jury composé de membres du monde de l'édition.