Intermittents : le festival Rio Loco reste gratuit dimanche

Par @Culturebox
Publié le 15/06/2014 à 17H33
Les intermittents du spectacles bloquent l'ouverture du festival Rio Loco à Toulouse, le 11 juin

Les intermittents du spectacles bloquent l'ouverture du festival Rio Loco à Toulouse, le 11 juin

© REMY GABALDA / AFP

Le festival de musiques du monde Rio Loco de Toulouse s'achève dimanche soir sans les intermittents du spectacle en lutte, qui ont perturbé son fonctionnement depuis l'ouverture, mais avec le maintien de la gratuité du site, ont indiqué les organisateurs. Quant aux billets achetés à l'avance par les spectateurs pour l'édition 2014, ils seront remboursés.

Les intermittents ont levé le camp samedi soir
Depuis son ouverture mercredi, le festival, qui est l'une des manifestations culturelles les plus importantes de la Ville Rose, s'est déroulé sous la pression des intermittents du spectacle très remontés contre la modification prévue de leur régime.  
   
La première journée de cette 20e édition de Rio Loco, mercredi, avait dû être annulée devant la détermination des protestataires qui occupaient la scène principale. Puis, ils avaient imposé la gratuité de la programmation, avec des spectacles écourtés pour permettre des prises de parole, avant de lever le camp après la soirée de samedi, qui a attiré environ 21.000 spectateurs, soit le maximum de la capacité du site.
La mairie a toutefois décidé que les concerts de la dernière journée de festivités dimanche resteraient gratuits dans la limite des places disponibles: le chantre métisse Chris Combette (Guyane), le maître de l'aléki Prince Koloni Guyane) et les princes de la salsa alternative LA-33 (Colombie) étaient
attendus dans la soirée sur les bords de la Garonne.
   
Tensions avec les commerçants
Le mouvement des intermittents n'a pas été sans provoquer de tensions, en particulier avec certains des dizaines de commerçants qui avaient mis à profit comme chaque année la manifestation pour monter des stands et vendre produits alimentaires et boissons. Les intermittents avaient ainsi décidé de bloquer à nouveau complètement le site vendredi avant d'être contraints de revenir sur leur décision face à la colère des commerçants.
   
Les protestataires exigent du gouvernement qu'il n'agrée pas la nouvelle convention d'assurance-chômage, issue d'un accord signé entre le patronat et trois syndicats (CFDT, FO et CFTC). Cette convention durcit les conditions d'indemnisation de plusieurs catégories de chômeurs, dont les intermittents. Ils craignent une précarisation accrue, alors qu'en parallèle les subventions de l'Etat et des collectivités locales au spectacle vivant se réduisent.
   
Le festival Rio Loco, d'un budget de 1,4 million d'euros, est organisé par la ville de Toulouse sur son budget et les recettes de billetterie - 560.000 euros initialement attendus pour cette édition 2014 - sont normalement reversées aux finances publiques. Mais les billets achetés à l'avance par les spectateurs cette année seront remboursés. En 2013, le festival avait battu un record d'affluence avec 125.000 spectateurs.

Un opéra annulé dimanche au Capitole
Après Rio Loco, les intermittents et précaires de Midi-Pyrénées se sont focalisés dimanche sur la représentation d'un opéra de Richard Strauss qui devait avoir lieu au Théâtre du Capitole.
 
Environ 200 intermittents se sont massés devant l'entrée principale du Théâtre pour empêcher les spectateurs d'entrer. La représentation, prévue à 15h, a dû être annulée.
 
Selon une source policière, des membres de la police nationale comme de la police municipale ont dû s'interposer entre les protestataires et le public pour éviter des débordements, l'annulation du spectacle ayant provoqué quelques tensions entre les deux parties.