Intermittents : le ballet de Preljocaj une 2e fois annulé à Montpellier Danse

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/06/2014 à 08H55
Manifestation d'intermittents à Montpellier le 22 juin 2014

Manifestation d'intermittents à Montpellier le 22 juin 2014

© NICOLAS GAILLARD/APERCU/SIPA

La représentation du ballet "Empty moves" d'Angelin Preljocaj a été annulée lundi soir, pour la 2e soirée consécutive, au festival de Montpellier Danse, dont la scène a de nouveau été investie par des intermittents, a-t-on appris auprès des organisateurs.

Deuxième soirée d'annulation pour le spectacle "Empty moves" d'Angelin Preljocaj au Festival Montpellier Danse. Les intermittents ont à nouveau investi la scène. En revanche, "House" de Sharon Eyal et Gai Behar, ainsi que "Tout ordre perd finalement de sa terreur" de Homman Sharifi, ont été donnés, a rapporté la même source. Dimanche soir, soirée d'ouverture du festival, plusieurs dizaines d'intermittents, pour la plupart venus de l'extérieur du festival mais rejoints par des salariés de l'événement, avaient déjà investi la scène du ballet de Preljocaj avec des banderoles.
Angelin Preljocaj, Empty Moves

Angelin Preljocaj, Empty Moves

© Jean-Claude Carbonne
"Empty moves", le spectacle d'ouverture, avait ainsi dû être annulé. Dimanche après-midi, les intermittents réunis en assemblée générale avaient décidé à une forte majorité de "privilégier d'autres moyens d'actions" que la grève (67 contre la grève, 39 pour, 11 votes blancs ou nuls).

Blocage

Lundi après-midi, une assemblée générale a été organisée mais aucun vote n'a pu être organisé concernant la suite du mouvement. D'un côté, la direction du festival a refusé le scrutin arguant que les intermittents n'avaient pas respecté le résultat du vote la veille. De l'autre, les intermittents ont reproché à la direction d'avoir "tout verrouillé" et de ne pas "respecter le droit de grève".

En réplique à la grève inattendue de dimanche, le festival a fait retirer lundi de l'Agora-Cité de la danse une banderole de soutien aux intermittents, se disant "solidaire du mouvement mais pas de la méthode". Le festival Montpellier Danse avait été le premier grand festival annulé lors du grand conflit des intermittents en 2003.