Intermittents : la concertation est lancée

Par @Culturebox
Publié le 24/06/2014 à 14H33
Manuel Valls avait annoncé cette concertation le 19 juin à Matignon 

Manuel Valls avait annoncé cette concertation le 19 juin à Matignon 

© JACQUES DEMARTHON / AFP

Le Premier ministre, Manuel Valls, a lancé mardi la mission de concertation censée redéfinir le régime des intermittents, pour sortir des "crises" et des "tensions" alors que les festivals d'été sont toujours menacés de perturbations, voire d'annulations.

"II est temps de sortir de ce cycle de crises et de tensions, pour donner une assise plus solide et pérenne au régime" d'assurance chômage des intermittents, mobilisés pour sa défense, écrit le Premier ministre dans sa lettre de mission remise mardi aux trois personnalités nommées par le gouvernement pour organiser la concertation. Les trois sages - le député PS Jean-Patrick Gille, l'ancienne directrice du festival d'Avignon, Hortense Archambault, et l'ancien directeur du Travail, Jean-Denis Combrexelle - devront définir des "propositions de méthode" sous 15 jours et remettre leurs "propositions finales" avant fin décembre, précise Manuel Valls.

La CGT-Spectacle n'a "pas reçu d'invitation"

La mission devra associer à ses travaux "toutes les parties intéressées : partenaires sociaux interprofessionnels et sectoriels, professionnels, élus nationaux et locaux, etc". La CGT-Spectacle, fer de lance de la contestation, a toutefois déploré mardi n'avoir "pour le moment reçu aucune invitation" et ne connaître "ni le contenu de la lettre de mission, ni leur programme".

Elle a reconduit la semaine dernière son appel à la grève pour tout le mois de juillet, faisant peser une menace sur les grands festivals de l'été. "On ne peut pas rassembler tout le monde tout de suite autour d'une table, je pense que cela nécessite (...) de recueillir l'accord de chacun", a souligné Jean-Patrick Gille, qui faisait office ces dernières semaines de médiateur dans le conflit.

Pas de caisse autonome

A six jours de l'entrée en vigueur de la nouvelle convention d'assurance-chômage, au centre de la contestation, le Premier ministre dit exclure "l'option de création d'une caisse 'autonome' pour les intermittents", le régime devant "rester dans le champ de la solidarité interprofessionnelle". "Ce n'est pas une mission d'expertise, le diagnostic a déjà été fait.

C'est une mission de concertation. Il y a une hypocrisie à considérer que l'État n'a rien à voir avec ce dossier. Il faut inventer quelque chose qui reste dans le paritarisme", a déclaré à l'AFP une source proche du Premier ministre. François Hollande a voulu mardi "rassurer les intermittents".

Le chef de l'Etat a souligné sur France Info que la mission de concertation allait permettre de "pérenniser le régime des intermittents de façon à ce qu'il n'y ait plus aucun doute sur la volonté qui est celle des pouvoirs publics d'assurer que la culture sera toujours une priorité".