Avignon : la grande parade remplacée par une marche silencieuse

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 30/06/2014 à 16H23
La grande parade du Off d'Avignon 2013, le 7 juillet

La grande parade du Off d'Avignon 2013, le 7 juillet

© Boris Horvat / AFP

La grande parade du off d'Avignon n'aura pas lieu vendredi 4 juillet sous sa forme habituelle, et sera remplacée par une "marche silencieuse" en soutien au mouvement des intermittents, a indiqué lundi Avignon Festival et Compagnies, l'organisateur du off.

La "grande parade", haute en couleur avec ses chars, ses mimes, ses musiciens et comédiens, donne traditionnellement le coup d'envoi des festivités à Avignon. Elle devait traverser toute la ville vendredi, le jour du début du "in" et la veille du démarrage du Off, qui a lieu cette année du 5 au 27 juillet.

"Le 4 juillet, les artistes et techniciens du off se rassembleront pour une marche silencieuse dans les rues d'Avignon", qui partira à 17h de la place de l'Horloge, a indiqué l'organisation du off dans un communiqué. Des milliers de ballons seront lâchés dans le ciel, chacun porteur d'un message.

Le Off solidaire du mouvement des intermittents
Le off veut ainsi marquer sa solidarité avec le mouvement des intermittents, et éviter une parade festive en décalage avec le conflit. "Dans le grave contexte actuel, nous nous refusons de célébrer le off et d'animer, comme si de rien n'était, le coeur d'Avignon", poursuit le texte.
 
La CGT Spectacle a déposé un préavis de grève pour le mois de juillet et appelé à une "grève massive" le 4, pour l'ouverture du festival "in" d'Avignon. De son côté, le "off" a réitéré son intention de jouer, comme lors du précédent conflit des intermittents en 2003, où 86% des compagnies avaient joué.
 
Les compagnies jouent "le dos au mur"
Le festival a consulté par internet les 1.083 compagnies inscrites. Sur 877 réponses, 98% ont dit qu'elles joueraient, même si 95% étaient opposées à l'agrément par le gouvernement de l'accord sur la convention chômage, au centre de la contestation, selon Greg Germain.
 
Pour la plupart des compagnies, ne pas jouer signerait leur arrêt de mort, explique Greg Germain, président de l'association qui organise le off. "Nous jouons le dos au mur", assure-t-il.