Aurélie Filippetti appelle les intermittents à "saisir la main tendue"

Par @Culturebox
Publié le 21/06/2014 à 11H42
Aurélie Filippetti à Matignon (19 juin 2014)

Aurélie Filippetti à Matignon (19 juin 2014)

© Jacques Demarthon / AFP

Dans un entretien publié samedi par Libération la ministre de la Culture Aurélie Filippetti appelle les intermittents à "saisir la main tendue" par le gouvernement, soulignant qu'une annulation des festivals serait "catastrophique" pour la culture, les artistes, les techniciens et les spectateurs.

Le message des intermittents "a été entendu", affirme Aurélie Filippetti dans Libération. Elle leur demande d'"examiner sans a priori les avancées majeures contenues dans les propositions du Premier ministre". La ministre assure que "tous les sujets seront abordés, y compris bien sûr ceux qui font débat depuis 2003", lors de la nouvelle concertation annoncée par Manuel Valls qui "va démarrer tout de suite".
 
"Il y a aujourd'hui une chance historique à saisir, une solution réellement de gauche, garantie par l'engagement de l'Etat. Il faut saisir la main tendue",  poursuit-elle. Selon elle, les propositions du gouvernement vont "permettre une fois pour toutes d'en finir avec la stigmatisation des intermittents et les crises à répétition".
 
L'annulation des festivals "serait catastrophique"
Interrogée sur l'attitude du gouvernement si les festivals d'été venaient à être annulés du fait du conflit des intermittents, la ministre dit "ne pas  vouloir se placer dans cette optique". Elle prévient que "ce serait catastrophique pour la culture dans ce pays, et d'abord pour les artistes qui ont envie de jouer, les techniciens et les spectateurs. Et ce serait très difficile économiquement pour les collectivités".
 
La CGT-Spectacle a appelé vendredi à une "grève massive" pour l'ouverture du festival d'Avignon et reconduit son préavis pour l'ensemble de juillet, le mois des festivals après que le Premier ministre a confirmé jeudi soir que le gouvernement allait agréer la nouvelle convention d'assurance-chômage, contestée par les intermittents.
 
Le nouveau délai de carence "neutralisé" par l'Etat
Mais il a annoncé que le "différé" dans le versement de leurs indemnisations chômage serait provisoirement "neutralisé par l'Etat". Il s'agit du nouveau délai de carence instauré par la nouvelle convention Unedic signée le 22 mars, qui repousse la date à partir de laquelle les intermittents commencent à percevoir leurs allocations. L'Etat devrait donc prendre en charge ce "différé".
 
La nouvelle convention plafonne le cumul revenus d'activités-indemnités des intermittents à 175% du plafond de la Sécurité sociale, soit 5.475,75 euros bruts par mois. Elle augmente pra ailleurs le taux global de leurs cotisations et de celles de leurs employeurs de 10,8% à 12,8%.