A Avignon, les intermittents font pression sur le gouvernement

Par @Culturebox
Mis à jour le 16/07/2014 à 17H46, publié le 16/07/2014 à 15H40
La ministre de la Culture Aurélie Filippetti dans la cour de l'Elysée, le 16 juillet 2014.

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti dans la cour de l'Elysée, le 16 juillet 2014.

© Patrick Kovarik / AFP

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti est arrivée pour plusieurs séminaires mercredi et jeudi à Avignon, en plein conflit des intermittents qui ont décidé qu'ils ne la rencontreraient pas. Ils demandent en revanche un engagement du Premier ministre Manuel Valls à ouvrir des négociations dès jeudi sur le nouveau régime d'assurance chômage contesté.

Filippetti : "Ma porte est ouverte"

Aurélie Filippetti est arrivée mercredi en milieu d'après-midi dans la cité des Papes, où elle doit assister des séminaires culturels (de la Drac notamment) jusqu'à jeudi. Son programme ne précise pas si la ministre compte assister à un spectacle.  

"Si une délégation veut me rencontrer, je suis là, ma porte est ouverte", a-t-elle déclaré à la presse en préfecture. "Je suis venue rappeler l'engagement fort du gouvernement pour une remise à plat du système", a-t-elle assuré.

Réunis en assemblée générale "unitaire", les membres des collectifs des festivals In et Off, de la CGT-Spectacle et de la Coordination des intermittents et précaires, ont décidé mercredi qu'ils ne la rencontreraient pas, après s'être "posé la question", a indiqué Jérôme Tisserand, de la Coordination des intermittents et précaires (CIP).

"Nous ne rencontrons pas la ministre. Tant qu'il n'y a pas d'ouverture de véritables négociations, il n'y a pas de raison de la rencontrer", a-t-il indiqué, ajoutant "on a eu vent que (la ministre) souhaitait nous rencontrer".

Les intermittents réclament un engagement de Manuel Valls

Ils demandent en revanche, dans une "adresse à Monsieur Manuel Valls", un engagement, dès jeudi, à ouvrir des négociations sur le nouveau régime d'assurance chômage contesté.

Une nouvelle réunion dans le cadre de la concertation mise en place fin juin par le gouvernement pour remettre à plat le régime des intermittents est programmée jeudi à Paris.
   
"Nous vous demandons, avec la plus extrême fermeté, que lors de (la) table ronde du 17 juillet, la date d'ouverture de négociations loyales, avec les premiers concernés, soit actée", posent-ils dans leur lettre au Premier ministre.

"Nous demandons que ces négociations débutent dès septembre et qu'un calendrier de cette remise à plat soit adopté et garanti par votre gouvernement, pour aboutir à un accord en décembre".
   
 "Si demain, jeudi 17 juillet 2014, l'ouverture des négociations n'était pas actée, ce serait une nouvelle fin de non-recevoir à notre encontre et nous saurons y répondre", préviennent-ils.

Le gouvernement n'est pas le bienvenu aux spectacles
 
Au début du festival d'Avignon, le collectif des salariés de l'événement avait prévenu que les membres du gouvernement n'étaient pas bienvenus et que les spectacles n'auraient pas lieu en leur présence.
   
"Je regrette que dans certains spectacles on mette des oukases sur certaines personnalités. La culture, c'est la liberté", a commenté mercredi la ministre.