Le cinéma de genre en force à Cannes

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 19/05/2012 à 06H35
Shia LeBaouf dans "Des hommes sans loi" de ohn Hillcoat

Shia LeBaouf dans "Des hommes sans loi" de ohn Hillcoat

© Metropolitan FilmExport

L’arrivée de Thierry Frémaux comme directeur délégué du Festival de cannes a marqué le retour des films de genre et d’animation sur la Croisette. Ce samedi, les genres se remarquent notamment avec « Des hommes sans loi », thriller sous la prohibition en compétition, et « Dario Argento’s Dracula 3D », dont le titre parle de lui-même, projeté en séance de minuit.

Mais cette journée est surtout marquée par le retour du Roumain Cristian Mongiu, Palme d’or du 60e Festival, pour « 4 mois, 3 semaines et 2 jours » en 2007. Il présente « Au-delà des collines », film de 2h30 sur l’exorcisme d’une jeune fille en Roumanie. Avec le Dracula d’Argento, Cannes aura donc des airs de Carpates. Mais l’on peut compter sur Mungiu pour sortir des codes du cinéma de genre et de ne pas nous donner à voir un film dans la lignée de « L’Exorciste » de William Friedkin.

Film projeté en Compétition officielle.

Film projeté en Compétition officielle.

© DR

« Des hommes sans loi » de l’Australien John Hillcoat est un film de gangsters situé en 1931, adapté par son compatriote Nick Cave du roman « Pour quelques gouttes d’alcool » de Matt Bondurant. Artiste pluridisciplinaire Cave a déjà œuvré dans le cinéma.

Belle montée des marches en perspective avec le retour, après sa présence l’an dernier pour « Tree of Life », de Jessica Chaslain, aux côtés de Shia LeBaouf et Gary Oldman.

Caleb Landry Jones dans "Antiviral" de Brandon Cronenberg

Caleb Landry Jones dans "Antiviral" de Brandon Cronenberg

© DR

Hormis la présence de Dario Argento et son Dracula gothique en 3D, avec Rutger Hauer en Van Helsing, un autre nom qui rime avec fantastique est à l’écran aujourd’hui : Cronenberg. Mais il ne s’agit pas de David – dont « Cronopolis » sera projeté le 25 mai -, mais de Brandon, son fils, qui présente à Un Certain Regard, « Antivirus », un titre qui renvoie explicitement à l’univers de son papa…