Exposition "A la limite du hors jeu", la planète foot vue par les artistes

Fondation Raffy : Avé la main, tryptyque. Fondation Raffy

Le musée d'Aquitaine, à Bordeaux, présente jusqu'au 30 octobre 2016 l'exposition : "Football, à la limite du hors jeu". Cette présentation, sur les différents enjeux du football, illustre combien ce sport, très populaire, est source d'inspiration pour les artistes contemporains. Quand les créateurs vont droit au but...  

Vive le sport

"Po po po po po po po ", c'est parti, on est en plein dans l'Euro de football 2016. Si vous n'aimez pas le ballon rond, c'est dommage parce que vous allez en "manger" pendant plusieurs jours. Le foot en grande pompe et les pompes à bière en surchauffe. Les drapeaux qui voltigent, ceux qui rient, ceux qui font la tête, le beau jeu, les coups bas dans les tibias, sans oublier le sport business et les coiffures surprenantes de certains joueurs, qui préfèrent garder le look plutôt que conserver le ballon. L'Euro 2016, c’est tout ça et beaucoup plus.

Le but du hooliganisme

Et l'art dans tout ça ? A part chez Nicolas de Staël, les représentations de joueurs de foot sont rarissimes. C’est dire si cette exposition, sur les enjeux du foot, tombe à pic. Ce musée avait, pour la coupe du monde de 2007, proposé une exposition sur le rugby. Aujourd'hui, il récidive avec le football. Normal, la France organise l'Euro 2016. Presse, finance, université : le ballon rond rebondie partout, il a tout envahi, y compris quelques zones d'ombres... Et la culture dans tout ça ? Comment ce phénomène planétaire inspire les artistes contemporains ? En voilà une bonne question... L'actualité récente le prouve : une des priorité est de mettre fin à la violence. Pour illustrer le hooliganisme, l'artiste belge David Brognon alias The Plug, expose ce but barré par des planches. Je remarque qu'il a repris les couleurs vives du street art, normal, il vient de cette équipe là... The Plug est aussi l'auteur d'une vidéo dans laquelle il mélange images de fidèles chrétiens et clichés issus des stades.

The Plug : Happy Hooligans II, 2010. Photo Leslie Artamonow

The Plug : Happy Hooligans II, 2010. Photo Leslie Artamonow

 

La règle de trois et les reliques

Cette présentation est divisée en trois grandes parties : le phénomène, les acteurs, la vénération. Aujourd'hui, un stade est une sorte de grande soucoupe volante emmenant une foule sur la planète foot, où les habitants se déguisent, se maquillent, crient et tapent dans les mains, pas toujours en rythme. Ce lieu à ses rituels et ses maîtres de cérémonie. Le stade, avec son éclairage particulier, est un nouveau temple dont les grands prêtres sont les joueurs. Ils gagnent tant d'argent qu'ils fascinent. Les médias leur donnent tellement d'importance qu'ils apparaissent comme des demi dieux. Fondation Raffy est un groupe artistique créé par Bruno et Thierry Lahontâa, il œuvre sous la bannière d'un personnage de fiction : capitaine Raffy. Ici, ils imaginent les reliques du célébrissime joueur de foot : Maradona, auteur, lors du mondial de 1986, d'un célèbre but mis avec... la main, appellé "La main de Dieu". Même lorsqu'il triche, Maradona est toujours un saint...  Hugo Juskowiak écrit dans le catalogue : "La vénération portée aux joueurs s'accompagne chez les plus fervents supporters de la volonté obsessionnelle de posséder des traces matérielles de leurs idoles que l'on pourrait assimiler à des reliques".

Fondation Raffy : Reliques, Diego Maradona. Fondation Raffy

Fondation Raffy : Reliques, Diego Maradona. Fondation Raffy

Les mystères de la pyramide foot

Dans cette œuvre ci-dessous, les même artistes imaginent une construction pyramidale mystique et symbolique. Le ballon, au centre en haut, devient une sorte d'œil divin. Les amoureux de la vie en short reconnaîtront facilement quelques joueurs...

Fondation Raffy : Avé la main, triptyque. Fondation Raffy

Fondation Raffy : Avé la main, triptyque. Fondation Raffy

Fans club

Le photographe Guy-André Lagesse, est né en Afrique du Sud et installé dans la région Paca. Il s'intéresse aux fans et à leurs exubérances. Ci-dessous, un vélo pris au Burkina Faso. La bicyclette est totalement cachée sous les objets et les effigies à la gloire de l'équipe. Le fan n'a pas oublié d'installer deux haut-parleurs, pour faire profiter tout son village de son bel amour footballistique. J'adore.

Guy-André Lagesse : Fan de foot, Amadou Saoré. Guy-André Lagesse.

Guy-André Lagesse : Fan de foot, Amadou Saoré. Guy-André Lagesse.

 

Hallucinations

Le mexicain Javiez Rodriguez, s'intéresse lui aussi à la transformation des objets du quotidien. Ce ballon est hautement symbolique, il a été réalisé en 2007 par des artisans, spécialistes des objets couverts de perles. Le motif hexagonal coloré évoque le Peyotl, cactus dont la fleur est utilisée lors de rituels. Elle possède un fort pouvoir hallucinogène. L'artiste établit un pont entre pratiques magiques religieuses et football. Le ballon rond : nouvelle religion.

Javier Rodriguez : Epifania, 2007-2009. Javier Rodriguez.

Javier Rodriguez : Epifania, 2007-2009. Javier Rodriguez.

Les secrets du but

Le football touche tous les pays, y compris les plus pauvres. Le photographe Pierre Schwartz évoque la vie des hommes, mais il fait attention à ne jamais les montrer. Il réalise une série de clichés sur plusieurs cages de but dans différents pays (France, Espagne, Vietnam, Ghana, Mexique, Afrique du Sud). Toutes ces photos sont prises à partir du point de pénalty. Soudain, les cadres du but se transforment en un écran qui donne à voir le monde et souligne son extrême diversité. Les différences sociales et économiques apparaissent au grand jour.

Pierre Schwartz : Buts, Mexique. Pierre Schwartz

Pierre Schwartz : Buts, Mexique. Pierre Schwartz

Argent, politique et ballon rond

"Le football est le sport le plus pratiqué et le plus médiatisé. En un siècle et demi, depuis sa codification en Angleterre en 1863, il s'est rapidement répandu en Europe, en Amérique du Sud, en Afrique puis dans le reste du monde. la puissante Fédération Internationale de Football Association ( FIFA) compte, comme le CIO, plus de membres que l'ONU et son budget dépasse celui des 50 pays les plus pauvres" écrit, dans le catalogue de l'exposition, Jean-Pierre Augustin (auteur de" La planète football, ronde comme un ballon"). La politique aussi s'intéresse au football. Amateur ou pas du jeu de ballon au pied, les hommes politiques viennent souvent voir des matchs. C’est bon pour l'image. C’est aussi le terrain idéal pour un discours à tendance un peu populiste... L'artiste, originaire d'Afrique du Sud, Kendell Geers imagine, pris dans un filet, des ballons de foot recouverts de masques d'hommes politiques.

Kendell Geers : Dirty Balls, 2002-2006. Installation. Photo Lydie Nesvadba

Kendell Geers : Dirty Balls, 2002-2006. Installation. Photo Lydie Nesvadba

Talons aiguilles et crampons

Freddy Contreras, né en 1956, est un artiste colombien. Il étudie en Europe où il suit des études en littérature et anthropologie. Il pose la question du genre. Il mélange un stéréotype féminin, la chaussure à talon aiguille, avec le symbole du jeu viril : les crampons. Il présente 11 paires de chaussures Vivienne Westwood, en cuir rouge vernis, au dessus d'un banc de vestiaire. Voilà de quoi interpeller l'observateur... A travers cette œuvre, l'artiste souligne aussi les liens qui unissent le sport, la mode, la publicité et l'art.

Freddy Contreras : Stud XI, 1996. Mixed media. Photo Lysiane Gauthier

Freddy Contreras : Stud XI, 1996. Mixed media. Photo Lysiane Gauthier

Toutes les formes d'expressions artistiques peuvent trouver une source d'inspiration dans la vie footballistique, cette exposition en est la preuve. De nombreux créateurs soulignent et critiquent la marchandisation du sport. Cette présentation bordelaise, offre un regard décalé, ironique, sociologique, sur la planète foot. C'est original et bienvenu. Comme le football, l'art est aussi un révélateur... Dans les deux cas, il y a la même fascination de l'argent et de la réussite. Bon... J'arrête avant de prendre un carton jaune.

Musée d'Aquitaine : 20 Cours Pasteur, 33000 Bordeaux

Ouvert tous les jours sauf lundi de 11h à 18 h

Entrée : 6,50 euros