2016 dans le rétro : le Best-of du Bento

The Revenant d'Alejandro Gonzalez Iñarritu, Blackstar de David Bowie, ou encore Chanson douce de Leïla Slimani... L'équipe du Bento a demandé aux étudiants de leur école, l'Institut pratique du journalisme (IPJ), quels livres, albums, séries et films ils souhaiteraient recommander à nos lecteurs. Parce que le meilleur de 2016 peut toujours se lire, s'écouter ou se regarder en 2017 !

Le Cinéma du réel en priorité

Moi, Daniel Blake et Divines: Difficile de choisir un seul film parmi les nombreuses préférences des sondés. Moi, Daniel Blake de Ken Loach et Divines de Houda Benyamina ont néanmoins gagné la première place ex aequo des recommandations des étudiants en journalisme. Deux films émouvants qui s'emparent de la question sociale et s'ancrent dans le réel.
Pour Divines, il s'agit du réel d'une banlieue parisienne auquel se heurtent les rêves et ambitions de deux meilleures amies, Dounia et Maimouna. Moi, Daniel Blake raconte quant à lui l'histoire d'un menuisier britannique de 59 ans qui, souffrant de graves problèmes cardiaques, se retrouve dépendant de l'aide social. Il rencontre une mère célibataire de trois enfants qu'il tente d'aider. Le film, sorti en salles le 26 octobre, a obtenu la Palme d'Or au Festival de Cannes cette année. Pour Divines, la croisette a choisi la Caméra d'Or.

Série : avis unanime pour... 

Stranger Things: Avec cette série créée par Matt et Ross Duffer, les apprentis journalistes se sont montrés unanimes, conquis par cette série de science-fiction diffusée sur Netflix, à partir de juillet 2016. Une création qui rend hommage aux années 1980 à grands renforts de références musicales à The Clash, Joy Division ou encore Jefferson Airplane, et aux films de science-fiction de l’époque: E.T., les Goonies, Alien. Les fans retrouveront d’ailleurs avec plaisir l’actrice Winona Ryder, héroïne de Beetlejuice et du quatrième épisode de la saga Alien.
Dans Stranger Things, elle joue la mère de Will Byers, un garçon disparu dans des circonstances étranges. Ses trois meilleurs amis, sa famille et le chef de la police d’Hawkins se mettent à sa recherche alors que des phénomènes surnaturels viennent troubler le quotidien des habitants de cette ville tranquille de l’Indiana. Sans compter l’arrivée d’une mystérieuse jeune fille, Onze.

Littérature : plongée chez les Yakuzas

Tokyo-Vice

Tokyo vice de Jake Adelstein : ce livre plonge le lecteur dans le milieu des Yakuzas, la mafia japonaise. L'auteur, Jake Adelstein, a été embauché en 1993 dans un grand quotidien japonais pour couvrir les affaires policières et judiciaires. Progressivement, il découvre le milieu des Yakuzas sur lequel il publie ce livre, traduit cette année en français. Le récit, oscillant entre enquête journalistique et polar, est parfaitement maîtrisé. A tel point que Roberto Saviano, journaliste et auteur de Gomorra sur la mafia napolitaine a jugé le texte « inestimable, féroce et rigoureux. »

Bande dessinée : ce cher Général...

BD cher pays de notre enfance

Cher pays de notre enfance de Benoît Collombat et Etienne Davodeau : C'est encore une enquête journalistique qui a retenu l'attention des étudiants. Elle vise les nombreux meurtres perpétrés en France dans les années 1970, celui du juge Renaud, ainsi que les assassinats commis par le SAC (Service d'action civique), la milice du parti gaulliste. L' œuvre a vu le jour grâce à l'ouverture au public des archives sur la police parallèle, notamment mise en cause pour la mort de Robert Boulin, ministre du Travail du gouvernement de Raymond Barre. Le lecteur suit l'enquête avec le journaliste Benoît Collombat, discute avec des malfrats et fait aussi face au silence et aux non-dits. Les dessins en noir et banc d'Etienne Davodeau traduisent avec justesse ces années troubles de la 5e république.

Musique : Des jeunes pousses, mais pas que

FotorCreated

Les goûts des sondés étant très variés, notre sélection est très éclectique:

  • « & », Julien Doré : il nous avait déjà séduit avec « LØVE » et il recommence dans ce dernier album intitulé « & ». Avec des textes sensuels et centrés sur l'amour, Julien Doré continue de faire chavirer les cœurs. De la passion naissante aux adieux, en passant par le doute, l'homme de 34 ans explore tous ses états d'âmes. Avec sa voix douce et intime, le chanteur n'a pas fini de séduire nos oreilles.
  • « You want it darker », Leonard Cohen : il a livré son album testament quelques semaines avant de passer l'arme à gauche. Et cet opus est bouleversant. Avec clairvoyance, Leonard Cohen affronte la mort à travers des textes empreints de mystique. Sa voix rauque et pénétrante est magnifiée par quelques rythmes, des cordes et des choeurs. Il n'en faut pas plus pour nous toucher.
  • « Do Hollywood », The Lemon Twigs : Les deux frères new yorkais de Lemon twigs n'ont pas la vingtaine, et nous livrent un album frais et surprenant. L'un à la guitare, l'autre à la batterie, Brian et Michael D'Adriano créent des mélodies influencées par les années 60 et 70 avec des groupes comme les Beatles, les Beach Boys ou encore Supertramp.
  • « Dans la légende », PNL : cet album les a bel et bien élevés au plus haut. Constitué de deux frères, Ademos et N.O.S., PNL est un groupe de rap atypique. Il use - voire abuse ? - de l'auto-tune, une technique de modulation de la voix. Leur textes parfois obscurs, racontent de manière désabusée ou mélancolique leur quotidien. Pauvreté, drogue, marginalisation. Un rap, pas comme les autres.

Marianne Cazaux et Anouk Passelac