Wikipedia, le compagnon des professeurs

"Wikipedia mini globe handheld" by Lane Hartwell

L’encyclopédie collaborative fête ses 15 ans le 15 janvier 2016. Adoré par les élèves, cet outil connu de tous est-il toujours l’ennemi numéro un des enseignants?

Dans une salle de la Sorbonne, un cours d’Histoire contemporaine. Une enseignante remet les pendules à l’heure après le rendu d’un devoir maison. Les copies se ressemblent et comportent les mêmes erreurs. Les informations ont été glanées sur Wikipedia. C’était en 2009. Six ans après et alors que l’encyclopédie en ligne souffle ses 15 bougies, contre toute attente le regard des professeurs sur cet outil est plutôt bienveillant.

Jean-Michel Vozar professeur de Physique-Chimie au collège Saint-Joseph de Tassin (69) explique : "Dans les matières scientifiques l’utilisation de Wikipedia ne pose pas de problème. Une formule est une formule. Par contre je demande à mes élèves de faire un travail de recherche. Je ne veux pas qu’ils recopient des phrases telles quelles". Il arrive donc au jeune professeur de procéder à des vérifications. "Tant que mes élèves se réapproprient ce qu’ils ont trouvé, j'accepte. Ca veut dire qu’ils ont compris, et Wikipedia ou pas, c’est le principal".

Wikipedia, une question de génération?

D’après Jean-Michel Vozar, accepter son utilisation est avant tout une question de génération. "Je suis un professeur jeune et l’utiliser, c’est dans l’air du temps". Stefano Cattaneo a le même âge que lui. Il a donné des cours à l’Université Sorbonne-Nouvelle en Relations Internationales. Pourtant il déconseille de s’appuyer sur l’outil pour les devoirs. Cela tient avant tout à la maturité dans la lecture. "Les élèves risquent de prendre pour argent comptant ce qui est écrit", avance-t-il. Pour autant il "ne considère pas Wikipedia comme le grand méchant loup. Pour se faire un premier avis sur une question, sur un thème, c’est très pratique. Mais il ne faut pas s’en contenter."

Jean-Christophe Abramovici, professeur de Littérature et de l’Histoire des idées à l’Université Paris-Sorbonne, appartient à la génération précédente. Pourtant il apprécie l’outil : "Je considère que Wikipedia est une encyclopédie généraliste de qualité, au moins aussi fiable que la plupart des encyclopédies papier". Il explique : "Il y a plusieurs années je m'étais intéressé à la Charte de Wikipedia, texte tout à fait intéressant, intelligent et qui montre que cet outil repose à la fois sur une méthodologie et sur une vraie réflexion épistémologique". Et au professeur de pointer que lorsqu’un article est peu sûr, il est facilement repérable.

Des erreurs de dates, de point de vue, de bonne foi… Tous les enseignants appellent les élèves à croiser les sources pour éviter un maximum d’erreurs. Et pour ne pas avoir la même copie que son voisin.

L’uniformisation des copies

Andréa Omer est professeure d’anglais dans un collège de Rosny-sous-Bois (93). Elle regrette que le site soit le premier réflexe de ses élèves. "J’avais donné l’année dernière à mes 6e un exercice, se souvient-elle. Ils devaient faire un panneau d’une personne célèbre, à faire deviner aux autres. La plupart avait choisi la même personnalité : Rowan Atkinson. Ils avaient les mêmes informations!". Même en demandant aux élèves de varier les sources cela semble difficile, "le premier lien est souvent celui renvoyant sur Wikipedia" regrette l'enseignante.

Laurène enseigne le français dans un lycée de Rouen (76). Elle reconnait l’utilité de l’outil. "Pour les oeuvres, ce qui est pratique ce sont les résumés très détaillés ou les présentations des personnages". Mais elle doit également faire face à un problème :  "les élèves ne font plus certains devoirs par eux-mêmes. Si je leur dis ‘faites un résumé de telle oeuvre’, je suis sure à 100% que je vais aller lire le résumé Wikipedia pour confondre les tricheurs."

Elle a donc dû innover dans les exercices qu’elle donne à ses élèves. "Je leur fais écrire des critiques, je leur fais choisir un personnage et dire pourquoi ils l'ont aimé... Je vérifie mais en plus je les force à réfléchir sur leur lecture. Et ça Wikipedia ne peut pas le faire!", se réjouit-elle.

Wikipedia comme outil pédagogique

Catriona Seth qui enseigne la littérature du XVIIIe siècle à l’Université de Lorraine est même allée plus loin. Elle utilise le site dans ses cours. "J’ai proposé à des étudiants de créer un article sur Philippine de Sivry, une auteure lorraine qui ne figurait pas sur Wikipedia, détaille-t-elle. L'occasion pour eux de confronter différents articles biographiques qui se répétaient et répétaient des erreurs". Elle poursuit : "C'était une manière d’éveiller leur esprit critique et leur montrer qu'il faut pouvoir étayer tout ce qu'on avance."

Utiliser Wikipedia oui, mais en faisant attention aux erreurs qu’on peut rencontrer. Et quand on peut y remédier, il ne faut jamais hésiter.  "Quand je vois une erreur en passant je la corrige : je pense que c'est une forme d'obligation pour chacun d'entre nous", conclut Catriona Seth.

 

Alvina Ledru-Johansson

  • Aiolizator

    ConcluT, pas concluE

    • Alvina Ledru-Johansson

      Merci Aiolizator, faute rectifiée.