Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22

Sélectionner votre ville

  • Aix-en-Provence
  • Dijon
  • Lyon
  • Reims
  • Amiens
  • Grenoble
  • Marseille
  • Rennes
  • Angers
  • Le Havre
  • Montpellier
  • Saint-Etienne
  • Bordeaux
  • Le Mans
  • Nantes
  • Strasbourg
  • Brest
  • Lille
  • Nice
  • Toulon
  • Clermont-Ferrand
  • Limoges
  • Paris
  • Toulouse

Rechercher une autre ville ou un département

L'audacieux bâtiment du Frac Paca inauguré à Marseille

Publié le 23/03/2013 à 10H59, mis à jour le 23/03/2013 à 15H55
Le bâtiment du Frac Paca dessiné par l'architecte japonais Kengo Kuma. Marseille, 22 mars 2013.

Le bâtiment du Frac Paca dessiné par l'architecte japonais Kengo Kuma. Marseille, 22 mars 2013.

© Anne-Christine Poujoulat / AFP
Façade de verre "pixelisée" et rues intérieures façon Le Corbusier, le nouveau bâtiment du Fonds régional d'art contemporain (Frac) de Provence-Alpes-Côte d'Azur, conçu par l'architecte japonais Kengo Kuma, a été inauguré vendredi à Marseille.
"Culte de la lumière"
Situé dans le quartier en plein renouveau de la Joliette, l'édifice de  5.757 m² présente une façade en verre recyclé, laissant entrevoir l'intérieur  du bâtiment.

"Ce culte de la lumière est au coeur de la culture provençale, et les Japonais ont la même fascination que nous pour la lumière", affirme le  président (PS) de la Région Michel Vauzelle, qui a inauguré les lieux aux côtés de la ministre de la Culture Aurélie Filippetti.

Pour l'architecte, "c'est un musée mouvant et vivant, dans lequel les oeuvres sont en mobilité permanente et s'inscrivent dans une logique de  diffusion et d'interaction avec le public".

Le bâtiment, doté de "rues superposées", dispose de quatre espaces d'expositions,  d'un centre de documentation et d'un espace pédagogique. Il réunit 920 oeuvres de 426 artistes internationaux.

Vue nocturne du nouveau FRAC Paca à Marseille.
Vue nocturne du nouveau FRAC Paca à Marseille. © Anne-Christine Poujoulat / AFP


Vauzelle : "ne pas négliger la culture" malgré son coût
Il aura fallu deux ans pour que l'édifice voit le jour, inscrit dans une  politique de développement de l'art contemporain en région. Mme Filippetti avait inauguré en juillet 2012 le Frac de Rennes, et d'ici fin 2013 trois inaugurations interviendront, en Franche-Comté, en région Centre et dans le  Nord-Pas de Calais. Pour le Frac Marseille, Etat et Région prennent en charge à parts quasi égales le budget, de quelque 21,5 M d'euros.

"Pourquoi tant d'argent pour un Frac alors qu'il y a tant de problèmes  sociaux?", demande Michel Vauzelle. Parce que "quand il y a des problèmes sociaux, il ne faut pas négliger la culture". Ici on soutient nos jeunes artistes, la culture d'aujourd'hui et de demain. Nous ne sommes pas seulement la région de Cézanne et de Van Gogh".

"Bien sûr on peut dire qu'il faut envoyer l'armée à Marseille! Mais je ne pense pas que ce soit une bonne contribution à ce qu'il faut faire pour  Marseille. Marseille a besoin de sécurité mais aussi d'être respectée. C'est un lieu de culture populaire, un lieu de culture vivante", dit-il encore. "Le Frac  permet de dire que nous sommes historiquement un point de rencontre de cultures. Une région a besoin d'un tel instrument pour montrer qu'il y a un  avenir".