Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22

Sélectionner votre ville

  • Aix-en-Provence
  • Dijon
  • Lyon
  • Reims
  • Amiens
  • Grenoble
  • Marseille
  • Rennes
  • Angers
  • Le Havre
  • Montpellier
  • Saint-Etienne
  • Bordeaux
  • Le Mans
  • Nantes
  • Strasbourg
  • Brest
  • Lille
  • Nice
  • Toulon
  • Clermont-Ferrand
  • Limoges
  • Paris
  • Toulouse

Rechercher une autre ville ou un département

La frileuse rentrée littéraire d'hiver compte sur ses têtes d'affiche

Publié le 05/01/2012 à 17H49, mis à jour le 10/12/2012 à 15H16
Daniel Pennac publie "Journal d'un corps", chez Gallimard

Daniel Pennac publie "Journal d'un corps", chez Gallimard

© Baltel / SIPA
La rentrée littéraire 2012 est un peu resserrée par rapport à 2011. Crise économique et période pré-électorale ne sont pas propices à la profusion littéraire.
Par Laurence Houot-Remy

Thématiques liées

Les éditeurs proposent 480 romans (510 en 2011). 311 romans français, dont 55 premiers romans (6 de plus que l'an dernier), et 169 romans étrangers (source Livres hebdo). C'est le plus bas niveau des ces sept dernières années. L'ambiance est à la prudence depuis plusieurs mois déjà, les élections présidentielles s'accompagnant en général d'un ralentissement des ventes, qualifié par Livres hebdo de "trou d'air préélectoral".

Des poids lourds en locomotive

Philippe Sollers dépeint dans "L'éclaircie" (Gallimard) la fascination incestueuse du narrateur pour sa soeur Anne et pour la belle Lucie, récit ponctué de références à Manet, Picasso ou Stendhal.

Daniel Pennac  dans "Journal d'un corps" (Gallimard) livre le journal intime et scrupuleux d'un corps de l'âge de douze ans, en 1935 jusqu'à la fin de sa vie à 87 ans, en 2010, le livre est tiré à 120 000 exemplaires.

Le  roman de Philippe Besson "Une bonne raison de se tuer" (Julliard) évoque la journée particulière d'un homme et d'une femme, à la veille de l'élection d'Obama.

"Dieu, ma mère et moi" (Gallimard) : Franz-Olivier Giesbert confie son rapport à la foi et le rôle de sa mère dans son éducation religieuse.

Régis Jauffret raconte le suplice d'une Autrichienne séquestrée pendant 24 ans par son père dans "Claustria" (Seuil).

L'histoire d'amour entre Jean-Luc Godard et  Anne Wiazemsky
L'histoire d'amour entre Jean-Luc Godard et Anne Wiazemsky © DR

Anne Wiazemsky, "Une année studieuse" (Gallimard), les amours tumultueuses de Godard et de l'auteur, comédienne, romancière et nouvelliste.

Un roman d'amour avec "Mémoire pleine", Julliard de François Weyergans.

Régine Deforges explore la sexualité des handicapés dans "Toutes les femmes s'appellent Marie" (Hugo et Cie).

Romans étrangers : humour et amour

L’américaine Lionel Shriver publie chez Belfond “Tout ça pour quoi”. Un roman aussi vif qu’intelligent, qui traite avec humour des sujets graves comme la maladie, la mort, les failles du système de santé.

"Un homme de tempérament" (Rivages). David Lodge décrit la vie de H.G. Wells, fervent défenseur de l'Amour libre, ou comment ses aventures et mésaventures sexuelles ont compliqué sa vie privée et contrarié ses ambitions d'homme politique.

L'art, le désir, le couple et la mort irriguent également le roman de l'Américain Michael Cunningham, "Crépuscule" (Belfond).

Les surprises

Une nouvelle version du "Nom de la rose", voulue par Umberto Eco (Grasset), "Nuit" (Attila) de Edgar Hilsenrath, censuré en Allemagne pendant vingt ans, un inédit de Lawrence Durrell "Petite musique pour amoureux" (Buchet-Chastel) ou un curieux "Muss" de Malaparte (La Table ronde) sur le fascisme.

 

Tous les lives