La Cow-Parade investit Bordeaux

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 04/06/2010 à 11H51
La Cow-Parade investit Bordeaux

La Cow-Parade investit Bordeaux

© Culturebox

Perchées sur des échasses, enfourchant un scooter ou équipées de lunettes, les vaches de la Cow parade sont de plus en plus déjantées! Achetées par des entreprises, ces sculptures en fibre de verre ont ensuite été confiées à des artistes de différents univers. Sur plus de 200 projets reçus, 60 ont été sélectionnés. Ils ont alors été invités à customiser avec humour, dérision et sens artistique ce charmant ruminant, qui sera, in fine, vendu aux enchères fin septembre au profit de la Banque Alimentaire de Bordeaux. Auparavant, cette expo, vachement sympa, est à voir du 7 juin au 14 septembre aux quatre coins de la ville.

La Cow Parade est devenu un concept à part entière, un concept qui a fait le tour du monde. L'événement a été organisé pour la première fois en 1998 par une association de commerçants zurichois mais elle a réellement pris son envol en 1999 lorsque l'homme d'affaires Peter Hanig, soutenu par l'agence des affaires culturelles de la ville de Chicago, organisa une exposition qui attira plus d'un million de visiteurs. C'est un sculpteur suisse, Pascal Knapp, qui créa 3 formes de vaches, reprises systématiquement pour chaque Cow Parade organisée à travers le monde. Le principe est le même à chaque fois : les vaches "brutes" sont achetées 7800 euros l'unité par des entreprises puis décorées par des artistes locaux et exposées en plein air pendant plusieurs mois avant d'être vendues aux enchères. Une partie des profits est reversée à des organisations caritatives locales.
Le concept a fait des petits, à Lyon notamment où depuis 2004, ce sont des lions qui sont décorés et vendus aux enchères. L'événement a été décliné en 2006 en collaboration avec Turin dont l'emblème est le taureau et en 2008 avec le Québec et ses célèbres ours.

-> Voir aussi sur Culturebox :
- "Fabuleux cercueils : l'art funéraire s'expose à  Besançon"
- "
Extrait de 'Bonnes Bouilles' : l'art du bidon selon Gérard Benoit à  la Guillaume"