Haute couture : Vetements bouscule les codes en s'associant à 18 marques

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 04/07/2016 à 08H40
Vetements pap printemps-été 2017, à Paris

Vetements pap printemps-été 2017, à Paris

© Swan Gallet/WWD/Shutter/SIPA

Invité dans le cadre de semaine de la haute couture parisienne, Vetements, label streetwear branché et haut de gamme, avait invité 18 marques pour son show. Le défilé est mixte. Ici, les genres se mélangent : la silhouette est androgyne, oversize et déconstruite. Un univers bien éloigné de celui très traditionnel de la couture, royaume du sur-mesure, du travail à la main et des métiers d'art !

Des mannequins en sweat Reebok, escarpins Manolo Blahnik ou tabliers géants Carhartt : le défilé Vetements, marque devenue en deux ans la sensation des Fashion weeks, a bousculé les codes au premier jour de la semaine de la haute couture à Paris.
Vetements pap printemps-été 2017, à Paris...

Vetements pap printemps-été 2017, à Paris...

© Swan Gallet/WWD/Shutter/SIPA
Lancée en 2014, la marque Vetements a présenté, avec deux mois d’avance sa collection de prêt-à-porter féminin pour le printemps-été 2017 avec quelques pièces masculines. Délaissant la Fashion week parisienne de septembre, comme elle le faisait auparavant, elle a intégré, en tant que membre invité cette saison, la haute couture parisienne.
Vetements pap printemps-été 2017, à Paris

Vetements pap printemps-été 2017, à Paris

© FRANCOIS GUILLOT / AFP

Une collaboration avec 18 marques

Vetements avait donné rendez-vous aux Galeries Lafayette. Au premier étage entre les corners des marques de luxe et de créateurs fermés à la clientèle pour l'occasion, journalistes et acheteurs ont assisté à un défilé constitué de collaborations avec 18 marques, populaires et streetwear pour beaucoup, plus luxueuses pour d'autres. Les 18 partenariats ont été noués avec Alpha Industries pour en réinterpréter les blousons, Reebok, Carhartt WIP, Juicy Couture pour créer des robes de soirée en tissu éponge, Champion, Canada Goose pour les parkas, Mackintosh pour les impers, Schott NYC pour les blousons de motard, Eastpak pour les sacs, Levi’s pour les jeans, Church’s, Dr. Martens, Lucchese pour les bottes de cowboy, Kawasaki, Hanes, Comme des Garçons pour les chemises, Brioni pour le côté sartorial et Manolo Blahnik, dont le nom est imprimé sur les talons aiguille des escarpins.
Vetements pap printemps-été 2017, à Paris

Vetements pap printemps-été 2017, à Paris

© FRANCOIS GUILLOT / AFP
"L'idée c'était de travailler avec les marques et les fournisseurs spécialisés dans leurs produits. Par exemple, le bomber jacket Alpha Industries, le blouson de biker Schott, Champion pour les sweats", a expliqué Demna Gvasalia, le créateur à la tête de Vetements.
Vetements pap printemps-été 2017, à Paris

Vetements pap printemps-été 2017, à Paris

© FRANCOIS GUILLOT / AFP

Le défilé est mixte, les genres se mélangent

La silhouette est androgyne, oversize et déconstruite : les costumes de Brioni ont des épaules exagérées, les ceintures démesurément longues pendent le long du corps. Les salopettes Levi's sont comme rapiécées et couvertes de zips, pour la touche recyclage caractéristique de Vetements : la marque a connu le succès notamment grâce à un jean devenu culte chez les fashionistas, construit à partir de deux paires de Levi's découpées et ré-assemblées.

Les chemises de Comme des Garçons se portent à moitié rentrées dans le pantalon pour un effet débraillé et se déboutonnent au niveau du ventre, en losange. Les robes-tabliers de Carhartt sont XXL. Les santiags de la marque  américaine Lucchese s'étirent pour devenir des cuissardes, tout comme les escarpins de Manolo Blahnik, qui se portent avec un ensemble veste et pantalon de jogging Reebok.
Vetements pap printemps-été 2017, à Paris.

Vetements pap printemps-été 2017, à Paris.

© FRANCOIS GUILLOT / AFP

Que veut dire la haute couture ? 

La raison de ces collaborations était avant tout d'ordre pratique : il s'agissait de "faciliter le process de fabrication de la collection", indique le créateur géorgien, qui est également directeur artistique de Balenciaga. Vetements disposant, en effet, de moins de temps que d'habitude pour préparer sa collection !

Une démarche stratégique pour cette marque indépendante : "C'est la période où les acheteurs ont le plus de budget", souligne Demna Gvasalia, qui est épaulé côté business par son frère Guram, PDG de l'entreprise.

Le créateur entend aussi interroger "ce que veut dire aujourd'hui la haute couture. Est-ce que c'est toujours les jolis drapés, autour du corps, en satin en mousseline?"