Grau-Garriga crée des vitraux au service de l'habitat social

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 19/12/2009 à 11H54
Grau-Garriga crée des vitraux au service de l'habitat social

Grau-Garriga crée des vitraux au service de l'habitat social

© Culturebox

Josep Grau-Garriga travaille avec le maître-verrier Philippe Rollo à la création de vitraux qui viendront orner une ancienne chapelle en restauration à Angers. Une commande de Val de Loire, l'office HLM de la ville. Une manière de mettre l'art au service de l'habitat social. Un défi pour ce maître de la tapisserie.

Si je vous dis "tapisserie", vous allez me répondre spontanément  : scènes de chasse, paysages champêtres, représentations bibliques, tout cela dans des tons de marron et de vert. D'ailleurs, c'est bien au royaume de la tapisserie séculaire, à Saint-Mathurin, à deux pas du château d'Angers et de sa célèbre Tapisserie de l'Apocalypse, que vit Josep Grau-Garriga. Pourtant, dans ses oeuvres textiles, le pastel n'est pas roi. Au contraire, le rouge, le bleu et le jaune flamboyant se font la cour. Un travail dans la ligne de Jean Lurçat, le maître à tisser de Grau-Garriga, et le premier à avoir dépoussiéré les fibres de cet art. Résultat : une oeuvre aux confins de la tradition et de l'art contemporain, exposée notamment au musée Jean Lurçat et de la Tapisserie Contemporaine d Angers. A découvrir par exemple : le diptyque Al Padre et Al Madre.

A voir aussi sur culturebox :
- la vidéo : L art de la tapisserie au galop à  Aubusson
- la vidéo : L Orientalisme fait tapisserie à  Aubusson