Fashion week : séduite par l'élégance effortless décontractée d'Issey Miyake

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/06/2016 à 08H46
Issey Miyake Men pap pe 2017, à Paris...

Issey Miyake Men pap pe 2017, à Paris...

© FRANCOIS GUILLOT / AFP

J'avoue, j'aime tout particulièrement les collections estivales d'Issey Miyake et cette saison, encore, je suis séduite par l'élégance effortless de la collection "Journey from a white page". Elle est destinée à un homme qui évolue aussi bien dans un univers urbain qu'au cœur de la nature. Une silhouette décontractée, moderne et chic à adopter de suite.

C'est au sein du campus de la faculté de Jussieu qu'Issey Miyake a planté le décor de son show au 2e jour de la Paris Fashion Week. Le podium, coincé en contrebas des tours, est composé d'un amoncellement de dalles claires. Au sommet de celles-ci des instruments de musique.

Issey Miyake Men pap pe 2017, à Paris 

Issey Miyake Men pap pe 2017, à Paris 

© Corinne Jeammet

Sous une chaleur étouffante -un toit en plexiglas fait effet de serre- et une luminosité crue, le groupe de musiciens Kikaga Kumoyo donne le coup d'envoi du show avec un mélange de "psych rock, acid folk et musique traditionnelle indienne". C'est dans cette moiteur ambiante que les mannequins défilent dans une garde-robe principalement blanche. Ce blanc qui reflète la lumière et joue avec elle. La palette comprend également du noir, celui des jeux d'ombre. Cependant un peu plus tard, des couleurs éclatent : du jaune vif, des carreaux bleus et blancs ou des impressions patchwork multicolores. Certains sont même "hand-printed" nécessitant de 5 à 10 motifs pour chaque imprimé.

Issey Miyake Men pap pe 2017, à Paris.

Issey Miyake Men pap pe 2017, à Paris.

© Swan Gallet/WWD/Shutter/SIPA

Yusuke Takahashi dit s'être inspiré de la fête des couleurs hindoue de Holi, célébrée vers l'équinoxe de printemps, où les gens, habillés en blanc, se jettent des couleurs les uns sur les autres. Il faut dire que cette collection tire son inspiration du Varanasi en Inde.

Issey Miyake Men pap pe 2017, à Paris

Issey Miyake Men pap pe 2017, à Paris

© Swan Gallet/WWD/Shutter/SIPA

Le styliste a privilégié l'aspect pratique avec des vêtements légers et confortables qui ne nécessitent pas beaucoup d'entretien, donc pas de repassage. Les matières ont des textures gauffrées, naturelles comme le Lyocell. Dans ce dressing très fonctionnel, on retrouve les plissés typiques de l'enseigne, ou les effets froissés, sur des chemises amples et sans col. Les toges aux effets drapés ou les tuniques longues sont portées sur des pantacourts et des sandales ajourées.

Issey Miyake Men pap pe 2017, à Paris..

Issey Miyake Men pap pe 2017, à Paris..

© FRANCOIS GUILLOT / AFP

D'Issey Miyake à Yusuke Takahashi

Issey Miyake a fait ses classes dans les salons d’Hubert de Givenchy avant de développer sa griffe à Tokyo. C'est à partir du milieu des années 70 qu'il définit son style propre. Dans les années 80, il travaille un plissé Fortuny infroissable qui deviendra une collection à part entière Pleats Please.

Au fil du temps, le Miyake design studio de Tokyo devient un empire.
Le créateur Yusuke Takahashi pour Issey Miyake Men salue, juin 2017 à Paris

Le créateur Yusuke Takahashi pour Issey Miyake Men salue, juin 2017 à Paris

© WWD/Shutterstock/SIPA
Retiré depuis 1999, Issey Miyake passe le relais à Naoki Takisawa, qui cède en 2006 les rennes à Dai Fujiwara. Yusuke Takahashi prend, pour la ligne homme, le relais d’un groupe de designers, à partir de la saison printemps-été 2014. Yoshiyuki Miyamae est, quant à lui, à la tête de la ligne femme depuis 2011.