Fashion week : avec sa fantaisie débridée, Walter Van Beirendonck égaye la mode

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 23/06/2016 à 08H06
Walter Van Beirendonck pap masculin printemps-été 2017, à Paris

Walter Van Beirendonck pap masculin printemps-été 2017, à Paris

© FRANCOIS GUILLOT / AFP

Au premier jour de la Paris Fashion Week quel plaisir de retrouver un de mes créateurs chouchou, le Belge Walter Van Bereindonck. Cet habitué des catwalks, qui présente des créations toujours hautes en couleur, fantaisistes et humoristiques, ne déroge pas à la règle avec sa collection printemps-été 2017 intitulée "Why is a raven like a Wrinting-desk".

Si les non-initiés se retiennent de rire, les journalistes et acheteurs savent, eux, qu'à travers ses collections, Walter Van Beirendonck parle des comportements vestimentaires comme des dérives de la mode ou des maux du monde, avec une approche ludique et faussement naïve. Ces shows sont donc suivis avec assiduité par la profession car ils lui donnent l'occasion de raconter des histoires et d'interpeller l'opinion.
Walter van Beirendonck pap masculin pe 2017, à Paris

Walter van Beirendonck pap masculin pe 2017, à Paris

© FRANCOIS GUILLOT / AFP
Comme à son habitude le créateur flamand n'hésite pas à afficher sur ses vêtements, les mots qui lui tiennent à coeur : Brutal et Beauty se retrouvent donc en plastron sur le devant d'un blouson. S'il ose la couleur chatoyante et les imprimés, c'est aussi car il soigne les coupes de ces vestes, blousons et pantalons. Le costume marine ou gris, bien coupé, adopte donc une armure de bretelles posées par dessus ce qui lui donne une note moderne, le blouson ciel se pare de trois accroches volumineuses d'un orange vif, la veste de costume à rayures verticales vertes s'entiche de rubans de couleurs posés en touches et celle toute blanche arbore des motifs animaliers fleuris. A noter d'étranges têtes d'animaux en volumineux plastrons. 
invitation au défilé Walter Van Beirendonck printemps-été 2017

invitation au défilé Walter Van Beirendonck printemps-été 2017

© Walter Van Beirendonck

Interpeller l'opinion

Le créateur est à l'honneur d'une exposition intitulée "Rebelles" qui se tient à Clermont Ferrand jusqu'à la fin de l'année 2016 au musée Bargoin. Cette dernière est un des temps forts de la 3e édition du Festival International des Textiles Extra ordinaires.
Walter Van Beirendonck pap pe 2017, à Paris

Walter Van Beirendonck pap pe 2017, à Paris

© WWD/Shutterstock/SIPA
Ici, la rébellion non-violente est abordée via des créations textiles issues des cinq continents. Le support textile devenant un moyen d'expression privilégié. Cette rébellion qui peut prendre place dans la rue, pour choquer, soutenir ou crier son indignation, peut aussi s'exprimer sur les podiums comme ce fut le cas lors du défilé "Don't terrorize our world" de Walter Van Bereidonck et comme c'est encore le cas, cette saison, avec les slogans Beauty et Brutal sur le devant de ce blouson vert métallisé. 

Un des Six d'Anvers

Né en 1957 à Brecht, petite commune d'Anvers, il entre à l'Académie Royale des Beaux Arts d'Anvers section mode en 1977, où il restera quatre ans. Le temps pour lui de mettre en œuvre une démarche stylistique profondément originale entre art wear et inspiration ethnique à base de graphisme agressif et de couleurs flamboyantes.
Le créateur Walter Van Beirendonck, juin 2016 à Paris

Le créateur Walter Van Beirendonck, juin 2016 à Paris

© FRANCOIS GUILLOT / AFP
C'est à ce moment-là qu'il lie son destin avec certains de ses condisciples nommés Margiela, Demeulemeester, Bikkembergs, Van Saene, Van Noten et Marina Yee, pour former ce qui deviendra plus tard le fameux groupe des Six d'Anvers, un groupe de créateurs d'avant-garde.

Le designer flamand lance sa première collection "Sado" en 1983 tout en s’assurant des collaborations extérieures. Pour les collections masculines printemps-été 2006, il fait son retour à Paris et s'y impose depuis avec créativité, panache et modernité.