Fashion Week de Milan : la capitale lombarde sort de sa léthargie

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/02/2016 à 13H18
Dolce Gabbana pap féminin pe 2016, à Milan

Dolce Gabbana pap féminin pe 2016, à Milan

© Sipa Press Pixelformula/SIPA

Après New York et Londres, les projecteurs s'allument du 24 au 29 févier 2016 sur les podiums de Milan avec un programme intense, la capitale lombarde suscitant un nouvel intérêt après des années de léthargie. Cette édition consacrée au prêt-à-porter féminin de l'automne-hiver 2016-17 s'annonce riche avec 73 défilés et 99 présentations.

Le chef du gouvernement, Matteo Renzi, est attendu pour l'inauguration : la Fashion Week italienne avait dû se contenter jusqu'à présent de vice-ministres ou sous-secrétaires d'Etat. Il ouvre les festivités lors d'un déjeuner organisé avec des stylistes et des représentants du made in Italy. Milan reprend du galon après avoir perdu du terrain face à sa rivale Paris mais aussi face à Londres et New York, dont les rendez-vous ont été particulièrement dynamiques ces dernières saisons.

Au menu du prêt-à-porter féminin de l'automne-hiver 2016-17, 73 défilés et 99 présentations de collections où se côtoieront grandes griffes, marques positionnées dans le moyen-haut de gamme et jeunes stylistes. "Nous n'avions plus atteint un tel record de participation depuis 2009",  s'est réjoui le président de la Chambre de la mode italienne, Carlo Capasa, évoquant aussi les présentations organisées en marge du programme officiel, signe de cette nouvelle effervescence.

L'italie, premier produteur européen dans l'industrie de la mode

Et Carlo Capasa de rappeler le rôle central de la péninsule dans l'industrie de la mode : "L'Italie représente 41% de la valeur de la production brute de tout le secteur textile-habillement en Europe. C'est le premier producteur européen", loin devant l'Allemagne (11%) et la France (8%), a-t-il souligné. Des signes encourageants arrivent aussi du côté des chiffres provisoires pour 2015 élaborés par le centre de recherche de la Fédération italienne du textile et de la mode, Sistema Moda Italia, selon lesquels le secteur de la mode féminine italienne devrait terminer 2015 sur une hausse, pour la deuxième année consécutive, à 12,8 milliards d'euros. "L'élément intéressant, c'est qu'il y a un réveil du marché intérieur. Même si cela reste pour l'instant un simple réveil, c'est de bon augure pour l'année en cours après des années de stagnation", a estimé le directeur général de SMI, Gianfranco di Natale.

Ce regain d'optimisme s'est fait sentir lors des derniers salons consacrés au textile et aux accessoires de mode, qui se sont tenus récemment à Milan. "Les manifestations qui viennent de se conclure témoignent du retour de Milan sur le devant de la scène. Au salon consacré à la chaussure TheMicam, par exemple, nous avons assisté au retour de nombre d'acheteurs provenant de marchés importants, comme la Russie", a noté l'administrateur délégué de la Foire de Milan, Corrado Peraboni.

Milan, "toujours plus cool et à la mode" pour le shopping

Dopée par le succès de l'Exposition universelle de 2015, Milan a gagné des points auprès des touristes et des adeptes du shopping, comme en témoigne une enquête du Boston Consulting Group pour Altagamma, l'association réunissant les entreprises italiennes du luxe. Selon ce rapport, Milan est passée de la 5e position en 2014 à la 3e en 2016 comme destination préférée pour la consommation de biens de luxe, éjectant Londres du podium. Pour 49% des personnes interrogées, la capitale économique de l'Italie est considérée comme une destination "toujours plus cool et à la mode".