Fashion week : Agnès b, 40 ans de mode et de culture

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/03/2016 à 09H05
Agnès b. pap féminin ah 2016-17, à Paris 

Agnès b. pap féminin ah 2016-17, à Paris 

© MARTIN BUREAU / AFP

40 ans après l'ouverture de sa première boutique, Agnès b. a présenté un défilé résumant tous les styles féminins. Une collection anniversaire, urbaine et sobre, sans artifice, à l'image de la styliste qui déclare : "J'aime le vêtement, celui qu'on peut garder et remettre dix ans, vingt ans après".

Elégance urbaine, sobre et confortable, sans artifice, le style Agnès b., ce sont des jupes en lainage longues et amples assorties à des pulls moelleux et des bérets, des manteaux à carreaux qui cachent de petites robes imprimées de paysages bucoliques, des blousons en mouton retourné tout douillet, les costumes pour la wonder woman et une mariée en pantalon...
Agnès.b pap féminin ah 2016-17, à Paris.

Agnès.b pap féminin ah 2016-17, à Paris.

© MARTIN BUREAU / AFP
"Vive les femmes !", ont proclamé ses 25 mannequins, en brandissant de grandes lettres cartonnées lors du final du défilé le 8 mars, Journée internationale des droits des femmes.
Agnès.b pap féminin ah 2016-17, à Paris

Agnès.b pap féminin ah 2016-17, à Paris

© MARTIN BUREAU / AFP

"Je n'aime pas la mode, j'aime le vêtement"

Sa signature tracée d'une écriture penchée, ses cardigans à boutons pression et t-shirts rayés ont fait sa popularité. 40 ans après l'ouverture de sa première boutique rue du Jour, près des Halles, elle a réédité des pièces des débuts comme ses jupons colorés. "Je les avais faits à l'ouverture de la boutique, teints dans ma baignoire, ils n'étaient même pas secs parfois !", raconte la créatrice de 74 ans de son vrai nom Agnès Troublé. Pour cet anniversaire sont prévus des expositions, la réédition de t-shirts d'artistes et un livre (septembre 2016).
Agnès.b pap féminin ah 2016-17, à Paris

Agnès.b pap féminin ah 2016-17, à Paris

© MARTIN BUREAU / AFP
"Je dis souvent que je n'aime pas la mode, mais j'aime le style, j'aime le vêtement, celui qu'on peut garder et remettre dix ans, vingt ans après", décrit-elle, vêtue d'une jupe longue en crêpe Georgette sur laquelle est imprimée une photo de paysage islandais. "J'ai toujours voulu faire des vêtements bien pensés, faits pour la vie moderne, dans lesquels ont peut avoir confiance", explique-t-elle.
Agnès.b a réalisé un film "My name is Hmmm..." en 2014. Le teaser 1
Mécène, collectionneuse d'art, galeriste, elle évoque ses soirées avec Basquiat :"On était comme larrons en foire !" ou ses souvenirs avec Keith Haring rencontré à Venise. Férue de cinéma, productrice, elle a réalisé un film "My name is Hmmm..." en 2014 et habille David Lynch. Cette amatrice de musique a habillé David Bowie, notamment pour ses anniversaires de 50 ans et 60 ans.
Agnès.b a réalisé un film "My name is Hmmm..." en 2014. Le teaser 2

"Je ne fais pas vêtements qui se démodent"

Connue pour ses vêtements sobres et urbains, Agnès b. ne regarde pas ce que font ses pairs. "Je ne suis jamais allée nulle part, ni chez Kenzo, ni chez Sonia Rykiel, ni chez Isabel Marant. Je n'ai pas envie de savoir, j'aime mieux regarder la rue", explique-t-elle.

Quant aux débats qui agitent le monde de la mode sur le calendrier des collections, ils ne la concernent pas: "On ne fait pas des vêtements qui se démodent au bout de deux mois, on n'est pas dans la même problématique", tranche-t-elle : "Je suis différente, un peu franc-tireur".

Une découvreuse de talents

N'a-t-elle pas envie de passer le relais ? "Je vais organiser peu à peu", dit-elle projetant de constituer un bureau de stagiaires payés "pour repérer quelqu'un à terme". Mais "je vis au jour le jour, j'adore mon travail !"

Depuis 2004, Agnès.b invite des stylistes débutants à créer de petites collections vendues aux côtés de la sienne dans ses boutiques. Ces collaborations sont griffées du nom des jeunes stylistes. L’atelier, des équipes expérimentées, les boutiques, le savoir-faire et le réseau de fabricants de la maison mis à sa leur disposition.
La créatice Agnès.b au final de son défilé pap féminin ah 2016-17, à Paris

La créatice Agnès.b au final de son défilé pap féminin ah 2016-17, à Paris

© MARTIN BUREAU / AFP
Aujourd'hui, Jerome Pierre y présente plusieurs silhouettes. Attiré par l'ultra-moderne et le minimalismeil conçoit le vêtement comme une architecture fluide qui met en scène le mouvement. Fin 2014, il rencontre Agnès et crée, avec ses équipes, l’atelier et les toilistes, pour la saison été 2016, un vestiaire où le confort, la légèreté et la fluidité sont conjugués dans des matières nobles, habituellement réservées au soir et au formel. Les motifs s’inspirent de l’Art Génératif, symbolisant l’Idée, structurée mais immatérielle... Jerome Pierre travaille actuellement au développement d’une ligne d’accessoires disponible sur steilheit-paris.com.

Je déteste la pub

A 17 ans, elle se marie avec l'éditeur Christian Bourgois, dont l'initiale du nom de famille devient sa signature de styliste. Patronne d'une maison de 2.000 salariés, elle fait fabriquer 40% de ses vêtements en France. Sa marque, distribuée dans 300 boutiques et corners (dont 141 au Japon), a réalisé un chiffre d'affaire de 300 millions d'euros en 2015. Et sans jamais faire de publicité pour sa marque . "Je déteste la pub ! C'est de la manipulation", clame Agnès b.
Agnès.b dessine dans son atelier parisien, février 2016

Agnès.b dessine dans son atelier parisien, février 2016

© MIGUEL MEDINA / AFP