Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22

Une oeuvre d'art en prison pour 24h

Publié le 22/01/2013 à 09H34, mis à jour le 22/01/2013 à 09H36
"Les agitateurs", une oeuvre de Philippe Mayaux exposée au Grand Palais en 2009 dans le cadre de "La Force de l'Art 02".

"Les agitateurs", une oeuvre de Philippe Mayaux exposée au Grand Palais en 2009 dans le cadre de "La Force de l'Art 02".

© Guillaume Clément / AFP

Un Français sur deux ne fréquente pas les musées de beaux arts ? Qu'à cela ne tienne, les oeuvres iront à lui. Même en prison. C'est la volonté affichée par le président du Centre Pompidou, Alain Seban. Mardi, une oeuvre d'inspiration fantastique de l'artiste Philippe Mayaux est ainsi présentée par son auteur à la maison d'arrêt d'Osny (Val d'Oise).

"A ma connaissance, c'est la première fois qu'un musée présente une oeuvre originale de sa collection dans une prison", a indiqué le  président du Centre Pompidou, Alain Seban.

L'artiste est présent et explique son oeuvre
Dans le gymnase de la maison d'arrêt, l'artiste, né en 1961, expliquera pendant plus d'une heure son polyptyque "Les 4 Z'éléments: air, eau, feu,  pierre" réalisé en 1997-1998 et il répondra aux questions. Une cinquantaine de détenus se sont inscrits.

L'artiste sera accompagné d'un conservateur du Centre Pompidou, Michel Gauthier. L'oeuvre a été sélectionnée par les responsables de l'établissement pénitentiaire au sein d'une liste d'oeuvres contemporaines du Musée national d'art moderne.

Dans cette huile sur toile, chacun des quatre éléments est incarné par un être fantastique et grimaçant. Philippe Mayaux est un artiste éclectique, qui réalise des sculptures et des tableaux "ambigus, séduisants et menaçants,  parfois traversés par un mauvais goût revendiqué", selon Beaubourg.

"Un jour, une oeuvre", à la rencontre des publics
Depuis l'automne 2011, le Centre Pompidou propose aux collectivités locales franciliennes un programme de sensibilisation à l'art intitulé "Un jour, une oeuvre". Pendant une journée, une oeuvre importante de ses collections est  exposée et présentée par un conservateur ou un artiste, dans des lieux divers comme un centre commercial, une maison de quartier, une salle des fêtes, une mairie et maintenant une prison.

"Un Français sur deux ne fréquente pas les musées de beaux-arts. Alors nous faisons sortir le musée de lui-même pour qu'il aille à la rencontre des publics", explique M. Seban. "Rien ne remplace l'original", souligne le président du Centre Pompidou. "Le public a un vrai désir d'explications", selon  lui.

"Pour résoudre le problème de la conservation des oeuvres, nous les faisons sortir le temps d'une journée seulement grâce à cette opération. Nous les prenons dans les réserves, les chargeons (dans) un camion, elles sont montrées au public par un conservateur ou un artiste et le soir elles sont de retour",  souligne M. Seban.

Près de 2.700 personnes ont participé à ce programme "Un jour, une oeuvre"  qui a déjà connu huit éditions. Cela représente environ 350 personnes en moyenne par lieu d'accueil.

Les musées nationaux s'interessent aux "publics empêchés"
"Le dispositif étant rodé, nous nous sommes rapprochés de l'administration pénitentiaire pour étendre ce type d'opération à plusieurs établissements", a indiqué M. Seban. Après Osny, Melun devrait connaître une expérience de ce genre.

Depuis quelques années, plusieurs musées nationaux ont engagé diverses actions en direction des "publics empêchés", notamment les détenus.

Le Louvre a notamment exposé dix reproductions de chefs-d'ouvres du musée dans la cour de la centrale de Poissy fin 2011. Actuellement, il y présente deux grands moulages de sculptures dans une cour réaménagée et propose des ateliers créatifs autour de ces oeuvres.