La Chine s'éveille au nu au Festival européen de photo d'Arles

Par @Culturebox
Mis à jour le 02/03/2016 à 16H05, publié le 02/03/2016 à 15H50
photo nu chine © Fengyuan Ding

Pour sa 16e édition, du 6 au 16 mai prochains, le Festival européen de la photo de nu d'Arles exposera les oeuvres de 10 photographes chinois. Une grande première pour le festival et une révolution pour ces artistes car la nudité reste taboue dans leur pays. Grâce aux échanges culturels, les choses sont en train d'évoluer dans l'Empire du Milieu.

Reportage : Jérémie Hessas et Xavier Schuffenecker

Depuis sa création en 2001, le Festival européen de la photo de nu n'a cessé de présenter les clichés de grands photographes de renom, comme Jeanloup Sieff, Jean-François Bauret et Georges Tourdjman, mais aussi les travaux de jeunes talents. Grande nouveauté cette année : un échange culturel avec la Chine, initié en juin 2015, donne à l'événement une dimension internationale. Dans le cadre de cette coopération, dix photographes chinois viendront exposer cette année à la 16ème édition du festival. 

"On est vraiment aux balbutiements de la photographie de nu en Chine. ça commence à s'ouvrir au public, aux artistes, les visions changent un peu, mais tout reste à faire. Il y a un tabou qui commence à se lever progressivement, mais c'est encore difficile de travailler sur le corps" confie Bruno Rédarès, le président du festival qu'il a créé à Arles avec le photographe Bernard Minier. 

Fengyuan Ding est l'un des photographes chinois invités à Arles 

Fengyuan Ding est l'un des photographes chinois invités à Arles 

© Fengyuan Ding

Tout reste à faire

Tout reste à faire, donc, dans ce domaine, et les photographes chinois sont enthousiastes. "C'est grâce à l'évolution, aux échanges culturels avec le monde extérieur que maintenant, on commence à montrer le corps" se réjouit Zhiyue Sun qui exposera à Arles.

Une évolution qui sera sans doute très progressive car la nudité reste une question taboue en République populaire. En 2011, l'artiste Ai Weiwei avait été accusé de "pornographie" par le régime de Pékin pour avoir posé nu sur des photos en compagnie de femmes également dévêtues. Par solidarité, des dizaines d'internautes avaient alors posé nus en postant leurs photos sur un blog intitulé "Ecoute, gouvernement chinois : la nudité n'est pas de la pornographie". 

Magnifier la beauté du corps

De pornographie, il ne sera nullement question à Arles. Les photos présentées par les artistes chinois magnifient la beauté du corps et racontent avant tout des histoires. Ainsi, Fengyuan Ding, une femme photographe originaire de Pékin, explore le thème de la femme moderne qui doit subir la pression de la vie et des règles morales traditionnelles. 

Zhaofu Liu, lui, signe une série inspirée par le peuple Qiang, une ethnie minoritaire de la région du Sichuan.

Une des photos de la série sur les Qiang 

Une des photos de la série sur les Qiang 

© Zhaofu Liu

Photographe professionnel reconnu dans son pays, Zhiyue Sun souhaite montrer la Chine traditionnelle et moderne. Son thème principal est axé sur la culture des Hutong (vieux quartiers) de Pékin.
De son côté, Yue Ma a fondé en 1980 la première association photographique grand public en Chine, "l’Association des Grands Angles de Pékin ". Actuellement, il travaille principalement à la chambre 20x25, un appareil de grand format Polaroid.

Ses thèmes de prise de vue sont essentiellement axés sur la beauté féminine du corps et l’orientalisme de la culture classique chinoise. Ses oeuvres sont mystérieuses, uniques et précieuses.

Le public pourra aussi découvrir le travail de Kangqiao Xu, Uchercie Tang, Zhenlei Zhang et Yu-Liang Guan, ainsi qu'une série de 12 images réalisées par des photographes français autour d'un même personnage : Lala, une actrice, danseuse et modèle photo pékinoise primée dans différents concours. 

Tous ces artistes sont à découvrir à la Chapelle Sainte-Anne. La galerie de l'Hôtel du musée présente quant à elle une série réalisée spécialement pour le festival 2016 par un autre photographe chinois, Yuan Cai. 

30 ans de passion pour la Chine 

Cette histoire d'amour avec la Chine ne date pas d'hier. Bruno Rédarès, lui-même photographe professionnel, s'y rend depuis 30 ans. Il a imprimé sur la pellicule tous les changements survenus dans le pays au cours de ces trois dernières décennies. Au début de l'année, il est retourné à Pékin pour animer un stage de photo. Voici deux de ses clichés pris à cette occasion. 

nu muraille © Bruno Rédarès
nu pékin © Bruno Rédarès

Il présente actuellement une exposition à Pékin dont le vernissage s'est déroulé il y a quelques jours. Une rétrospective de ses travaux sur le nu qui suscite l'enthousiasme du public. 

Il pose ici aux côtés de Xiamen Zhu, photographe numéro un en Chine, membre et conseiller du Ministère de la Culture et ambassadeur de son exposition.

Vernissage de l'exposition Bruno Rédarès à Pékin 

Vernissage de l'exposition Bruno Rédarès à Pékin 

© Bruno Rédarès

Les Chinois découvre les nus de Bruno Rédarès lors du vernissage. 

Vernissage de l'expo Bruno Rédarès à Pékin 

Vernissage de l'expo Bruno Rédarès à Pékin 

© Bruno Rédarès

16e Festival européen de la photo de nu
Du 6 au 16 mai 2016 à Arles 

Palais de l'Archevêché
Espace Van Gogh
Chapelle Sainte-Anne
Galeries privées 

La photo choisie comme affiche du 16ème Festival européen de la photo de nu 

La photo choisie comme affiche du 16ème Festival européen de la photo de nu 

© Bernard Minier