Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22
Live Archie Shepp au festival Jazz à la Villette 2014
Ce soir, à 19h50

Joel Meyerowitz, un pionnier de la couleur exposé à Paris, à la MEP

Publié le 25/01/2013 à 16H15, mis à jour le 25/01/2013 à 16H43
Joel Meyerowitz, NYC, 1975

Joel Meyerowitz, NYC, 1975

© Joel Meyerowitz, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York City
Joel Meyerowitz est un des premiers photographes américains, sinon le premier, à avoir travaillé en couleur à une époque où celle-ci n'était jugée bonne que pour la publicité ou de la carte postale. La Maison européenne de la photographie lui consacre une rétrospective, de ses photos de la rue new-yorkaise à son témoignage sur Ground Zero(jusqu'au 7 avril 2013)
Par Valérie Oddos

Journaliste, responsable de la rubrique Expositions de Culturebox

@valerieoddos

A lire aussi

Thématiques liées

Voir aussi notre diaporama

Noir et blanc ou couleur ? Joel Meyerowitz est un des premiers artistes à avoir photographié en couleur, dès le début des années 1960 : New York beaucoup, puis le reste des Etats-Unis et l’Europe. A ses débuts déjà, la couleur est pour lui une évidence. Meyerowitz a vingt ans et il ignore qu’elle est mal vue dans le milieu « très sérieux » de la photographie artistique où seul le noir et blanc est considéré.

Joel Meyerowitz, NYC, 1963
Joel Meyerowitz, NYC, 1963 © Joel Meyerowitz, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York City


Le choc Robert Frank
La révélation de la photographie, il l’a eue en 1962, dit-il, en voyant Robert Frank travailler, bouger avec son appareil photo. Il aime lui-même « danser » avec son Leica. « C’est à cause de Robert Frank que je fais de la photographie », confiait-il au Guardian en novembre dernier, tout en précisant : « Mais ce n’est pas de voir son travail qui m’a bouleversé, c’est de le voir travailler. »
 
Robert Frank et son livre « Les Américains », c’est la référence pour toute une génération de photographes. Et Robert Frank, comme tous les autres à cette époque, travaille en noir et blanc.
 
Pendant quelques années, Meyerowitz fait du noir et blanc et de la couleur, parallèlement. Dans les années 1960, il se promène toujours avec deux appareils.

Joel Meyerowitz, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York City
Joel Meyerowitz, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York City © Joel Meyerowitz, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York City

 
Un pêcheur sur la 5e Avenue
« J’étais un enfant des rues élevé dans des immeubles de l’East Bronx à New York », raconte Meyerowitz dans un livre paru en 2012, « Joel Meyerowitz : Taking My Time » (Phaidon). C’est donc tout naturellement qu’il fait de la photo de rue dans sa ville, en noir et blanc et en couleur. Il y photographie des gens perdus qui jamais ne se regardent.

Il passe ses journées dans la rue. Avec son ami Gary Winogrand, il marche toute la journée. « On était comme des pêcheurs sur la 5e Avenue. On filtrait les informations humaines qui s’écoulaient dans la rue », raconte Meyerowitz dans une vidéo diffusée par les Editions Phaidon, où il dit qu’il a appris la vie en regardant la rue.

New York paraît bien terne en noir et blanc, alors que les orange, les rouges, les verts claquent, animant la réalité d’une ville trépidante.

Joel Meyerowitz, Florida, 1978
Joel Meyerowitz, Florida, 1978 © Joel Meyerowitz, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York City

 
De New York à l'Europe
Meyerowitz part aussi sur les routes de l’Ouest « dans les pas » de Robert Frank : « J’apprenais à laisser le monde prendre vie devant mes yeux », raconte-t-il.
 
Après avoir fait quelques économies, en 1966-1967, il voyage en Europe. De ce périple, de l’Allemagne à l’Irlande en passant par la France, l’Espagne ou l’Italie, il dit qu’il a été un tournant dans sa vie. Là encore, il fait des photos de Paris ou de Malaga en couleur et en noir et blanc. On se dit que le noir et blanc va bien à la Turquie ou à l’Espagne. Mais derrière l’objectif de Meyerowitz, la couleur traduit mieux peut-être l’intensité dramatique de la rue espagnole, quand un attroupement regarde un cheval renversé avec sa carriole, entre ombre et soleil.
 
Parfois, le photographe s’est amusé à prendre la même scène en noir et blanc et en couleur et il les a juxtaposées. Quelques-unes de ces vues doubles sont exposées à la MEP. Et la supériorité de la couleur ne fait aucun doute. Elle donne un relief indéniable aux jardins de Chenonceaux, sinon d’une triste griseur. Elle fait frémir la lumière de Floride et réchauffe une image du Jeu de Paume à Paris.

Joel Meyerowitz, Caroline, Provincetown, Massachusetts, 1983
Joel Meyerowitz, Caroline, Provincetown, Massachusetts, 1983 © Joel Meyerowitz, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York City

 
L'évidence de la couleur
En rentrant d’Europe, Meyerowitz a examiné ses «doublons » et en est arrivé à la conclusion que « l’image en couleur était plus riche d’informations, qu’il y avait beaucoup plus à voir et à réfléchir, tandis que le noir et blanc réduisait le monde à des nuances de gris ».
 
Au Guardian, il déclarait : « Le monde était en couleur. Ca me semblait tellement évident (…). Pour moi, le noir et blanc, c’était le passé, c’était l’histoire. »
 
En tout cas, Meyerowitz n’est pas un photographe du noir et blanc et, dans les années 1970, il l’a abandonné pour s’en remettre entièrement à son inclination première pour la couleur, devenant ainsi un des premiers photographes américains à l’adopter.

Joel Meyerowitz, Five more found, NYC, 2001
Joel Meyerowitz, Five more found, NYC, 2001 © Joel Meyerowitz, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York City

 
Un document exceptionnel sur Ground Zero
Il shoote les rues vides de Saint Louis, Missouri, des pavillons et des enseignes dans la lumière irréelle du crépuscule ou de la nuit.
 
Plus tard, il s’attelle au portrait, attiré inconsciemment par les roux (« redheads ») sur les plages de Cape Cod, où ils sont rendus encore plus roux par le bleu du ciel. Il s’interroge sur l’art du portrait, l’humilité qui lui semble essentielle pour le pratiquer, la « simplicité et l’honnêteté » qu’il requiert selon lui.
 
Enfin, Joel Meyerowitz a eu l’autorisation exceptionnelle de faire des images pendant neuf mois, dans les ruines du World Trade Center à New York, après le 11 septembre 2001. Il voulait laisser des documents sur l’événement, pour les générations à venir. En couleur bien sûr.

Joel Meyerowitz, une rétrospective, Maison européenne de la photographie, 5 / 7 rue de Fourcy, 75004 Paris
tous les jours sauf lundi, mardi et jours fériés
du mercredi au dimanche, 11h-20h
tarifs : 8 € / 4,5 €, gratuit le mercredi de 17h à 20h
du 23 janvier au 7 avril 2013


Joel Meyerowitz parle de la rue, un de ses sujets de prédilection