Rétrospective : Modigliani dévoile son "oeil intérieur"

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/02/2016 à 15H13, publié le 25/02/2016 à 14H10
L'exposition "L'oeil intérieur" du LaM de Villeneuve d'Ascq présente plus de cent oeuvres du peintre figuratif italien

L'exposition "L'oeil intérieur" du LaM de Villeneuve d'Ascq présente plus de cent oeuvres du peintre figuratif italien

© France 2 / Culturebox capture d'écran

A partir du 27 février 2016, le LaM de Villeneuve d’Ascq consacre une rétrospective au peintre et sculpteur italien, Amedeo Modigliani. Intitulée "L'oeil intérieur", l'exposition présente une centaine de peintures et dessins de l’artiste aux côtés d’oeuvres de Brancusi, Picasso, Soutine ou encore Derain. Ces portraits de femmes au visage ovale et au regard captivant sont à voir jusqu'au 5 juin.

Le LaM de Villeneuve-d'Ascq dans le Nord, ouvre "L'oeil intérieur" du peintre figuratif Amedeo Modigliani. Des silhouettes longilignes, des visages intrigants aux regards captivants, les oeuvres du peintre et sculpteur italien se reconnaissent au premier coup d'oeil. Modigliani connut une carrière tout à la fois brève et féconde, l'artiste qu'on disait maudit est mort dans la misère, mais ses toiles se vendent aujourd'hui des millions d'euros. Décrytage des mystères de son art.

Reportage : V. Gaget / R. Dahan / R/ Torregrosa / K. Annette

Faire fusionner les art et les cultures

Passionné de l'art égyptien et africain ou par les statues khmères du Cambodge, Modigliani emprunte des éléments aux uns et aux autres et les réinterprète à sa façon. 

"Il a essayé de regarder et de récupérer tout ce qu'il y avait de beau ailleurs pour le fusionner dans son propre style", explique Jeanne-Bathilde Lacourt, co-commissaire de l'exposition.
Amedeo Modigliani, Tête de femme, 1913. Marbre

Amedeo Modigliani, Tête de femme, 1913. Marbre

© Dépôt du Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris, au LaM, Villeneuve d’Ascq. Photo : Philip Bernard.

Décryptage 

A ses débuts à Paris en 1906, le peintre italien, alors âgé de 22 ans, se lance dans la sculpture et s'inspire de ce qu'il voit au Louvre et au musée indochinois. Ses influences sont alors multiples, notamment celle de l'esthétique de la sculpture traditionnelle africaine. A la manière des masques Baoulés de Côte d'Ivoire, Modigliani fait des croquis et des sculptures de visages allongés avec la bouche en coeur. 

Placés, côte à côte ces deux masques ont des similitudes surprenantes. Les yeux en amande, la bouche en cul-de-poule et la forme du nez, tous ces éléments de composition du visage sont réinterprétés par le sculpteur à sa manière. 
Masque de Côte d'Ivoire et sculpture de Modigliani

Masque de Côte d'Ivoire et sculpture de Modigliani

© France 2 / Culturebox

L'ovale du visage et les yeux infinis

Sa santé fragile l'oblige finalement à renoncer à la sculpture. A partir de 1913, Modigliani ne peindra pratiquement plus que des portraits et des nus très sensuels, près de 400 toiles au total. Nez très longs, courbes et pointus, les yeux fendus, la tête penchée, ces traits sont caractéristiques de sa peinture.

Dès 1915 il met au point cette technique particulière de représenter un oeil avec la pupille et l'autre comme vide. 

Avec un oeil tu regardes vers l'extérieur et avec l'autre tu regardes vers l'intérieur

Amedeo Modigliani   
Modigliani regard © France 2 / Culturebox capture d'écran
Chaque portrait du peintre est unique et d'une grâce infinie.