Gottfried Honegger à l'Espace de l'art concret, comme un hommage posthume

Par @Culturebox
Mis à jour le 24/01/2016 à 12H24, publié le 22/01/2016 à 10H13
Vue de l'exposition Gottfried Honegger, "Alpha oméga", à l'espace de l'art concret de Mouans-Sartoux (06)

Vue de l'exposition Gottfried Honegger, "Alpha oméga", à l'espace de l'art concret de Mouans-Sartoux (06)

© EAC

L'exposition de l'espace d'art concret de Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes) consacrée à Gottfried Honneger prend une tournure un peu particulière au lendemain du décès de l'artiste. Jusqu'au 22 mai 2016, "Alpha Oméga" présente une rétrospective des œuvres de jeunesse du peintre et de ses dernières productions.

Intitulée "Alpha Oméga", l'exposition de l'espace d'art concret de Mouans-Sartoux résonne comme un hommage au grand artiste suisse disparu ce dimanche 18 janvier 2016. La rétrospective Gottfried Honneger résume plus de 80 ans de création autour de l'art concret et propose un face-à-face inédit entre une sélection d’œuvres de jeunesse de l’artiste et ses dernières productions. 
Reportage : O. Chartier-Delègue / R. de Silvestro / J. Gross

De la figuration à l'abstraction 

Né en 1917 à Zurich en Suisse, Gottfried Honegger commence à peindre dès les années 30. Peintures figuratives de paysages dilués, la nature a toujours été une source d'inspiration centrale. Son art prend une tournure clairement abstraite dans la première décennie d’après-guerre. 
Versailles, la pièce d'eau des Suisses, 1939 Gouache sur papier, 32 * 41 cm Zurich, collection de l'artiste 

Versailles, la pièce d'eau des Suisses, 1939 Gouache sur papier, 32 * 41 cm Zurich, collection de l'artiste 

© Peter Schaechli

Il s’écarte du figuratif et entame la série des collages-monotypes, prolongement d’expériences réalisées dans un atelier de lithographie. Très sensuelles, ces œuvres traduisent un réel refus de l’angle droit et offrent des formes longilignes.
 
"Il est allé d'un travail où l'image humaine et la personne était présentes pour aller faire des formes très simples et une recherche sur le monochrome et des couleurs pures. Dans ses derniers travaux, on voit qu'il s'est libéré de la complexité des premières toiles pour aller vers quelque chose de plus aérien", explique Fabienne Grasser-Fulcheri, la directrice Espace de l'Art concret. 
Tête, 1939 Huile sur papier, 48 * 35 cm Zurich, collection de l'artiste

Tête, 1939 Huile sur papier, 48 * 35 cm Zurich, collection de l'artiste

© Peter Schaechli

Un parcours hors norme

Des premiers paysages et portraits réalisés dans les années 30 aux récentes silhouettes métalliques évidées, le chemin parcouru par Gottfried Honegger est riche de conquêtes et de rencontres.
Issu du monde de la publicité et du graphisme, Gottfried Honneger s'expatrie aux Etats-Unis dès la fin des années 50. A New York, il rencontre les figures-phares de l'expressionnisme abstrait, intime de Rothko, De Kooning ou Barnett Newman, il invitera tous ses amis à venir exposer leurs oeuvres Kunstmuseum de Bâle.
Teilung 1955 Huile sur toile 35 x 80 cm –  Dépôt du Centre National des Arts Plastiques Espace de l’Art Concret - Donation Albers-Honegger

Teilung 1955 Huile sur toile 35 x 80 cm –  Dépôt du Centre National des Arts Plastiques Espace de l’Art Concret - Donation Albers-Honegger

© Espace de l’Art Concret

De l'abstrait au concret

Les tableaux-reliefs marquent le premier pas de l’artiste vers une redéfinition du tableau. Honegger crée ses premiers tableaux-reliefs en 1957 et expose en 1958-59 à la galerie Martha Jackson à New York : Le tableau n’est que plan et couleurs, ne renvoyant à rien d’autre qu’à lui-même. Ces reliefs sont recouverts de nombreuses couches monochromes de peinture, "qui donnent des effets de glacis, de porcelaine", une technique renvoyant à une certaine tradition picturale. 
Tableau-relief de Gottfried Honegger

Tableau-relief de Gottfried Honegger

© France 3 / Culturebox

"Je voulais faire un art qui, tout en utilisant une géométrie déterminée, soit individualiste. L'introduction du relief accroche la lumière sur la toile. La lumière qui est changeante vient modifier la composition : elle introduit le hasard. Par ce moyen, j'ai pu marier déterminisme et hasard". D’abstrait, Gottfried Honegger est devenu concret.
Gottfried Honegger, Sans titre, 1958, Huile sur toile 70 x 70 cm

Gottfried Honegger, Sans titre, 1958, Huile sur toile 70 x 70 cm

© Gottfried Honegger/ CNIP/ photo : espace de l'Art concret, Mouans Sarteux

Mouans-Sartoux ville de l'art concret 

Honegger a tissé des relations étroites avec la France. Non seulement il a vécu à Paris et Cannes et évoque avec nostalgie son atelier au bord de la mer. Mais il a fondé en 1990-1991, avec Sybil Albers-Barrier, l'Espace de l'Art Concret à Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes). Dans ce lieu est exposée leur collection forte de 500 oeuvres de 160 artistes (abstraction, minimalisme, art conceptuel), dont Hans Arp, Andy Warhol, Thomas Hirschhorn, Man Ray ou Yves Klein. 

En 2002-2003, ils font don de cette collection à l'Etat français, un "geste exceptionnel" qui "fait entrer à jamais le nom de Gottried Honegger dans l'histoire des collections publiques françaises d'art contemporain", a déclaré la ministre de la Culture, Fleur Pellerin. Il a en revanche des "relations compliquées avec son pays", explique Christian Briend. "Il dit aux Suisses ce qu'ils ne veulent pas forcément entendre". 
Vue de l'exposition Gottfried Honegger, "Alpha Oméga" à l'espace de l'art concert de Mouans Sartoux

Vue de l'exposition Gottfried Honegger, "Alpha Oméga" à l'espace de l'art concert de Mouans Sartoux

© EAC

"J'ai 98 ans et j'ai décidé de changer le monde",

Gottfried Honneger à l'occasion de sa dernière exposition à Paris.

Prévue depuis de longs mois et organisée en écho à la rétrospective du Centre Georges Pompidou à l’été 2015, l'exposition de l'espace de l'art concret résonne aujourd'hui comme un hommage consacrée à Gottfried Honegger. 
Gottfried Honegger mai 2008

Gottfried Honegger mai 2008

© Bruno Gros

Gottfried Honegger

1917 - 2016, Zurich, Suisse Après des études à la Kunstgewerbeschule de Zurich, Gottfried Honegger exerce le métier de graphiste, avant de décider, à partir de 1958, de se consacrer exclusivement à la peinture. Son point de départ se situe dans le premier art abstrait constructif et dans certaines options de l'art concret zurichois, dont il se libère au profit d'une direction plus personnelle. Il réalise des tableaux-reliefs déterminés par le hasard, qui synthétisent couleur et lumière, puis, dès 1961 des sculptures de tôle laquée qui jouent sur la couleur et le volume. D'abord de petites dimensions, les sculptures deviennent monumentales à partir de 1970, avec les séries Volume et Structure. Pour Gottfried Honegger, l'art possède une fonction sociale d'élargissement de la conscience et de libération. En 1990, il fonde l'Espace de l'Art Concret à Mouans-Sartoux.