Jean Dubuffet, le père de l’Art Brut à la Fondation Beyeler

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/02/2016 à 18H23, publié le 20/02/2016 à 18H13
Jean Dubuffet à l'honneur à la Fondation Beyeler 

Jean Dubuffet à l'honneur à la Fondation Beyeler 

© Capture d'image France3/Culturebox

La Fondation Beyeler présente "Métamorphoses du paysage", une rétrospective consacrée à Jean Dubuffet. Une centaine d’œuvres de l’artiste sont à voir près de Bâle, en Suisse, jusqu’au 8 mai 2016.

La Fondation Beyeler offre à ses visiteurs un voyage dans l’univers de Jean Dubuffet (1901 -1985). 40 ans de créations entre 1943 et 1984. Des peintures, des sculptures qui nous plongent notamment dans l’Art Brut, un genre pictural inventé par l’artiste. 

Reportage : N.Ly / B. Stemmer / I.Nommay 

"Les gardes du corps", point de départ de l’Art Brut

Jean Dubuffet a créé l’Art Brut en s’inspirant de dessins d’enfants, de malades mentaux. L’une de ses œuvres, "Les gardes du corps" (1943), est considérée comme le point de départ de l’univers pictural du peintre, comme l’explique Raphaël Bouvier, le commissaire de l’exposition. "On voit comment Dubuffet dans les années 40 va découvrir les dessins des enfants, un art qui se trouve en marge de la culture officielle (…). Un art qui l’intéresse et qui va devenir essentiel dans toute la conception artistique de Dubuffet". Ce tableau fait parti des pépites de l’exposition.
"Les gardes du corps", Jean Dubuffet, 1943

"Les gardes du corps", Jean Dubuffet, 1943

© Capture d'image France3/Culturebox

 "Le Coucou Bazar", l’oeuvre spectacle de Dubuffet

Autre œuvre majeure présentée par la Fondation Beyeler, le Coucou Bazar. La création la plus originale de Jean Dubuffet. Cette œuvre animée associe peinture, sculpture, théâtre, danse et musique. Créée dans les années 70, elle marque une rupture dans le style du peintre français. "Dubuffet a conçu le Coucou Bazar comme un grand spectacle théâtral. Chaque élément a été pensé pour être bougé de façon permanente", analyse Raphaël Bouvier. Jean Dubuffet peindra jusqu’à la fin de sa vie en 1985. Il ne cessera de revenir à ses origines picturales, tout en expérimentant d’autres horizons artistiques.