Dans les coulisses du musée d'Orsay, la "gare aux chefs-d'œuvre"

Par @Culturebox
Mis à jour le 19/03/2016 à 10H30, publié le 14/03/2016 à 17H52
Vue Musée d'Orsay

Ancienne gare devenue musée en 1986, Orsay est aujourd'hui le 2e musée le plus visité de France derrière Le Louvre. Chaque année près de 3 millions et demi de visiteurs viennent admirer ici de magnifiques collections, notamment impressionnistes. La rédaction de France 2 a filmé les coulisses de cette "gare aux chefs-d’œuvre" en 5 épisodes.

Des salles en constante évolution

500 personnes travaillent au Musée d'Orsay, dont Paul Perrin, un des six conservateurs en charge des peintures sur les lieux. Pour lui, déménager des oeuvres de Pissarro ou de Gauguin relève de la routine dans des salles en constante évolution. Nous découvrons aussi dans cette première vidéo la précieuse mission de restauratrices "qui n'ont pas la main qui tremble" alors qu'elles travaillent sous l'œil des visiteurs, mais aussi des enfants qui découvrent lors d'un atelier comment Gauguin a inventé "des couleurs de rêve".

Reportages : V.Bouffartigue, P.Auger, A.Cohen


Souvenirs de l'ancienne gare et visite des réserves

Dans ce deuxième épisode, nous partons sur les traces d'un gardien et de ses visites privilégiées, en tête à tête avec van Gogh. Nous rencontrons aussi une conservatrice qui nous explique comment était organisée cette ancienne gare, construite en 1900 pour l'Exposition universelle. Elle a ensuite accueilli des prisonniers de guerre en 1945, puis des comédiens quand elle était théâtre dans les année 70 avant de devenir "l'un des plus beaux musées du monde" en 1986. Depuis, dans un lieu précieusement gardé secret, est cachée la moitié de ses 5000 oeuvres qui attendent patiemment d'être exposées à tour de rôle.


Un atelier de rêve

Le musée d'Orsay est aussi un atelier de rêve pour les dix copistes autorisés à travailler sur place. Ils ont même le droit de s'approcher des chefs-d'œuvre avant l'arrivée du public. Dans le même temps, on s'active toujours dans les réserves où les toiles arrivent et repartent au rythme des prêts, quand elles ne sont pas en cours d'accrochage. Dans ce troisième épisode, nous avons aussi le privilège  de monter sur les toits du musée, avec une vue imprenable sur Paris.


En attendant le Douanier Rousseau

Le lundi est un jour particulier à Orsay car jour de fermeture. Le moment où jamais d'aspirer, lustrer, dépoussiérer et faire tous les travaux importants pour l'entretien d'un tel bâtiment. Une journée idéale aussi pour préparer la prochaine grande exposition, celle consacrée au douanier Rousseau qui ouvre ses portes le 22 mars. Un événement qui aura nécessité deux ans de travail aux équipes du musée.


Des moments rares

Dans cette 5e et dernière vidéo, nous suivons une opération d'accrochage délicate de tableaux de Claude Monet. Nous assistons aussi à l'arrivée depuis les Etats-Unis  de 3 pièces majeures de l'exposition sur le Douanier Rousseau qui débute le 22 mars, et le vrai plaisir pour la commissaire de découvrir ces toiles si précieuses. L'événement vu durer 5 mois, 500 000 visiteurs sont attendus. Autre beau moment, la découverte d'une toile restaurée, après 4 mois de travaux.