Syrie : les temples détruits de Palmyre seront reconstruits, affirme le directeur des Antiquités

Par @Culturebox
Publié le 24/03/2016 à 15H11
Ruines de temples dans la cité antique de Palmyre (Syrie), ici en juin 2009.

Ruines de temples dans la cité antique de Palmyre (Syrie), ici en juin 2009.

© Chris Melzer / DPA / AFP

Le directeur des Antiquités et des Musées de Syrie a assuré jeudi que deux temples détruits par le groupe Etat islamique (EI) à Palmyre seront reconstruits après la "libération prochaine" de la ville.

La libération de la cité antique approche

Les forces prorégime sont aux entrées ouest de cette ville du centre de la Syrie, prise par l'EI en mai 2015 et où les jihadistes ont procédé à des destructions dans la cité antique classée au patrimoine mondial de l'Humanité.

"Je suis tellement content que la libération (de Palmyre) approche (...), que le cauchemar prenne fin avant qu'il ne soit trop tard, c'est à dire que nous évitions une destruction totale de la ville antique", a declaré Maamoun Abdelkarim. Depuis que l'EI a pris Palmyre, "combien de fois avons nous eu les larmes aux yeux car nous nous sentions impuissants à sauver une civilisation menacée de disparaitre devant nos yeux", a-t-il ajouté.

"Peur de découvrir des destructions plus importantes"

En août, les jihadistes avaient détruit à l'explosif deux des plus beaux temples de Palmyre, ceux de Bêl et Baalshamin. Puis ils avaient réduit en poussière plusieurs tours funéraires et le célèbre Arc de triomphe.

"J'ai peur de découvrir des destructions plus importantes, j'espère ne pas vivre un autre cauchemar en découvrant la réalité", a dit Maamoun Abdelkarim. "C'est sûr et certain, nous allons reconstruire le deux temples (de Bêl et Baalshamin) sous la supervision de l'Unesco et d'autres organismes internationaux", a-t-il ajouté.

"Nous sommes décidés à faire revenir la vie à Palmyre comme elle l'était auparavant". Selon M. Abdelkarim, qui a dit qu'il se rendrait à Palmyre dès que l'armée en aura repris le contrôle, la cité de plus de 2.000 ans "n'est pas un patrimoine syrien mais (...) un patrimoine universel à partager".

"La libération de Palmyre entrera dans l'Histoire, en tout cas dans celle du Moyen-Orient, car elle aura permis de sauver une civilisation menacée de disparition", a-t-il jugé. "Pour moi, c'est aussi important que la libération de la Normandie (en 1944) par les Alliés durant la Seconde guerre mondiale".

Lire l'article de nos confrères de Géopolis : Palmyre martyrisée par Daech, mais Palmyre (presque) libérée !