Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22
Live Les Parapluies de Cherbourg au Théâtre du Châtelet
Ce soir, à 20h00

Sur le site d'Alésia, la statue de Vercingétorix classée monument historique

Publié le 24/03/2014 à 18H14
La statue de Vercingétorix à Alise-Sainte-Reine

La statue de Vercingétorix à Alise-Sainte-Reine

© TARDIVON JEAN CHRISTOPHE/SIPA
L'immense statue de Vercingétorix qui domine depuis 1865 le site d'Alise-Sainte-Reine, en Bourgogne, figure désormais à l'inventaire des Monuments Historiques. Édifiée sur l'ordre de Napoléon III, elle a été façonnée par le sculpteur Aimé Millet. Ce site est reconnu comme celui d'Alésia, où le chef gaulois fut vaincu par Jules César en 52 avant Jésus-Christ.
Pourquoi pas Gergovie ? Pourquoi avoir édifié une statue à la gloire du plus illustre des Gaulois sur le lieu de sa défaite plutôt que là où il signa sa victoire la plus éclatante sur l'occupant romain?
La décision en revient à l'empereur Napoléon III. La phrase " La Gaule unie, formant une seule nation, animée d'un même esprit, peut défier l'univers" qui figure sur son socle aurait été prononcée par Vercingétorix devant Avaricum, c'est à dire Bourges. Ce n'est pas l'auteur de ces lignes qui le dit, c'est Jules César dans "De bello gallico". 
Au XIXe siècle, le neveu de l'Aigle avait ajouté cette phrase sur le socle de la statue : "Napoléon III, empereur des Français, à la mémoire de Vercingétorix". Pour certains, il rendait ainsi un hommage déguisé à son oncle, Napoléon 1er.

Un Gaulois du XIXe siècle
La statue porte donc la marque de son siècle. Le Vercingétorix imaginé par Aimé Millet, outre qu'il porte des traits proches de ceux de l'empereur, répondait à la description imaginaire qu'Amédée Thierry en fit en 1828, dans un livre où il "découvrait" les Gaulois et les rendaient célèbres dans la société de son époque.

Reportage : S. Bouillot/JL Saintain/C. Zappala


La statue qui devient officiellement "monument historique" pèse cinq tonnes. La technique de sa construction préfigure celle qu'utiliseront Bartholdi et Eiffel à la fin du siècle pour la Statue de la Liberté. Elle marquait, lors de son erection, la reconnaissance que ce site était bien celui d'Alésia à propos duquel une polémique de plusieurs décennies voire plusieurs siècles avait eu cours. L'installation de la statue marquait la fin des travaux de recherches archéologiques. Elle fixait le site de la défaite et de la réddition de Vercingétorix, en 52 avant Jesus-Christ, mettant fin (ou à peu près) aux querelles d'experts.