Marc Pointud, deux mois seul dans le "phare maudit" pour sauver le patrimoine maritime

Par @Culturebox
Mis à jour le 29/02/2016 à 14H36, publié le 29/02/2016 à 12H28
Le Phare Trévénnec où Marc Pointud va s'isoler pendant 60 jours 

Le Phare Trévénnec où Marc Pointud va s'isoler pendant 60 jours 

© France 3 / Culturebox

Opération sauvetage des phares, Marc Pointud le président de l'association phares et balises lance un cri d'alarme. Pendant deux mois, ce breton passionné de patrimoine maritime, va vivre seul dans le phare de Tévennec au large de la Pointe du Raz (Finistère) abandonné depuis 105 ans. Le but de l'opération : sensibiliser l'opinion pour lever des fonds.

C'est à la fois une performance artistique et humaine : pendant deux mois Marc Pointud va vivre seul sur le phare de Tévennec, un caillou posé sur l'eau au large de la Pointe du Raz (Finistère). Passionné de patrimoine maritime, ce Breton a décidé de lancer un cri d'alerte et de sensibiliser l'opinion pour lever des fonds via le site de financement participatif MyMajorCompany.
Reportage : France 3 Ouest - Récit Estelle Colin 

Au coeur des tempêtes et de l'isolement

 "Il y aura peut-être du mauvais temps, je vais être au coeur de la tempête", explique-t-il au moment du départ en hélicoptère.
Mais contrairement à ses prédécesseurs qui ont connu un sort tragique, Marc Pointud ne sera pas coupé du monde, il a gardé une connexion internet, même si pour lui c'est aussi "une démarche personnelle d'isolement." comme il le dévoilait sur l'antenne de France Info.

Isolé, mais très suivi 

S'il est seul dans son phare, Marc Pointud sera très suivi sur les réseaux sociaux, et notamment sur twitter avec le #Tévénnec
Les abonnés s'en donnent déjà à coeur joie et livrent quelques magnifiques photos. 


Restaurer un patrimoine en péril

Panneaux solaires, eau, vivres, matériel, 400 kilos de fret sont apportés pour retaper le phare et le transformer en maison d'accueil pour des artistes. Le coût des travaux est de deux millions d'euros. "C'est un phare que nous restaurons avec l'association et c'est une façon de mettre un coup de projecteur sur le travail que nous faisons et donc de faire appel au mécénat", explique le passionné, président de la Société nationale pour le patrimoine des phares et des balises.

Une opération bien préparée 
 

Le nouveau gardien de phare ne part pas sans rien, l'opération "Lumière sur Tévénnec" a été bien préparé par les membres de la Société nationale pour le patrimoine des phares et balises (SNPB). Pour vivre au quotidien pendant plusieurs semaines dans une maison isolée de tout et vide de tout car inhabitée depuis plus d’un siècle, il a fallu tout apporter : eau, vivres, mobilier, de quoi produire de l’énergie et tout un ensemble d’ustensiles, de matériels, aussi divers qu’hétéroclites.  

Les sentinelles de mer

130 phares sont répertoriés en France. Parmi ceux-ci, seuls 89 sont protégés par un classement aux monuments historiques. Beaucoup d'autres sont délabrés à l'image du phare d'Ar Men, un caillou minuscule au large de l'ile de Sein et surnommé "l'enfer des enfers".
Au milieu de l'océan atlantique le phare d'Ar Men

Au milieu de l'océan atlantique le phare d'Ar Men

© PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Malmené par les récents coups de vent, cet îlot isolé aurait bien besoin de donateurs pour renâitre comme ce fut le cas pour le plus phare de France de Cordouan. Situé sur l'estuaire de la Gironde, la sentinelle qui veille depuis 1584 sur les caprices de l'océan a pu être sauvé grâce à un financement de l'état. 

-> Suivez les aventures quotidiennes de Marc Pointud sur le blog des Phares et Balises