Napoléon, rajeuni, retrouve son piédestal à Cherbourg

Par @Culturebox
Mis à jour le 14/01/2016 à 14H58, publié le 14/01/2016 à 14H51
Après trois mois de restauration dans le Périgord, Napoléon et son destrier sont revenus à Cherbourg

Après trois mois de restauration dans le Périgord, Napoléon et son destrier sont revenus à Cherbourg

© France 3 Culturebox

Monument emblématique de la ville de Cherbourg, la statue de bronze de Napoléon est de retour sur son socle. Elle en était descendue en octobre dernier pour une séance de restauration et de nettoyage, la première depuis son arrivée en face de l'Arsenal en 1858.

Imaginée par le sculpteur Armand Levéel et l’architecte Dominique Geufroy, cette statue équestre a été installée sur la place Napoléon en 1858 à l’occasion de la visite de Napoléon III venu inaugurer la ligne de train Paris-Cherbourg. Perché sur un cheval arabe du nom de Marengo (celui-là même que le général monta lors de la bataille de Waterloo), Napoléon tend le doigt non pas, comme l’ont prétendu certains, vers la perfide Albion mais vers l’Arsenal.
Napoléon et son destrier lors de leur réinstallation sur le socle 

Napoléon et son destrier lors de leur réinstallation sur le socle 

© France 3 Culturebox

42 impacts de balles

En 157 ans de présence, cette statue de bronze (une des plus grandes de France) n’avait jamais été restaurée, portant entre autre les stigmates de 42 impacts de balle reçus pendant la Seconde guerre mondiale. Ils ont été comblés lors des travaux de restauration réalisés par une entreprise de Marsac-sur-L'isle dans le Périgord qui a choyé l'ouvrage. Le bronze a en effet été nettoyé par gommage avec de la poudre de noyau d'abricot, un produit que connaissent bien les esthéticiennes !

Le 13 janvier, à l'aide d'une grue, le monument de 5 tonnes a été remis sur son socle ainsi que la cassette trouvée sous la statue avec de nombreux documents et pièces de monnaie d'époque à l'intérieur. Un retour attendu et salué par de nombreux badauds.

Reportage : P. Mertz / G. Marie / B. Munch
A noter que pendant ces trois mois d'absence, le piédestal n'est pas resté vide. Une statue représentant un cheval de selle traditionnel normand a été imaginée par Christophe Malterre. Ce dessinateur industriel aux CMN (Constructions mécaniques de Normandie) est aussi artiste, sous le nom de Malton. Il a réalisé ce projet avec une trentaine de salariés des CMN.