Jardin des Plantes : la gloriette de Buffon en péril, a besoin de donateurs

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/03/2016 à 13H05, publié le 10/03/2016 à 12H22
700 000 euros sont nécessaires pour sauver la gloriette du Jardin des Plantes de la corrosion

700 000 euros sont nécessaires pour sauver la gloriette du Jardin des Plantes de la corrosion

© Manuel Cohen / MCOHEN / AFP

Le Muséum national d'histoire naturelle lance aujourd'hui un appel aux dons pour restaurer la Gloriette de Buffon. Le belvédère emblématique du Jardin des Plantes à Paris, détérioré et fragilisé par les éléments, la pollution et la stagnation des eaux subit la corrosion par l'intérieur.

Plus ancien édifice métallique de Paris et l'un des plus anciens au monde, la Gloriette de Buffon, érigée en 1786-87, est maintenant devenue dangereuse pour le public, obligeant le Muséum à fermer son accès.

Sa restauration étant indispensable, le Muséum National d’Histoire Naturelle lance un appel aux "Amoureux du Jardin des plantes, passionnés d'histoire et d'architecture... pour aider à sauver la Gloriette!" sur un site Internet dédié.

Reportage : P. Sorgues / L. Bignalet / J Raharison / N. Gallet

Patrimoine en péril

La structure de fer de la Gloriette de Buffon, classée au titre des Monuments historiques depuis 1993, est aujourd'hui endommagée par la corrosion. Son habillage de bronze est également fortement altéré, avec des dépôts noirs causés par la pollution urbaine, des marques de corrosion et des graffitis sur les piédestaux et les colonnes. "Derrière les éléments décoratifs ont voit à quel point c'est corrodé. La corrosion est telle que par endroit la structure se déforme", détaille Gaelle Bellamy, Directrice de la rénovation Muséum national d'histoire naturelle. 
La rouille attaque la gloriette 

La rouille attaque la gloriette 

© France 3 / Culturebox

Précurseur de Baltard et Eiffel

Le belvédère, réalisé sur les plans de l'architecte Edme Verniquet, précède de soixante ans les oeuvres métalliques de l'architecte du XIXe siècle Victor Baltard et de plus d'un siècle les réalisations du célèbre ingénieur Gustave Eiffel. 

Le kiosque construit en 1786-87 sur ordre du Compte de Buffon, le serrurier du roi Claude-Vincent Mille était à l’époque une pièce unique. Huit colonnes portent une sphère armillaire en fonte et cuivre à son sommet de cet édifice emblématique du patrimoine français. "Il y a la terre au milieu et les cercles représentent le zodiaque et l'équateur et permettent de se situer dans l'univers et de s'élever vers le cosmos", dévoile Eric Joly, directeur du Jardin des Plantes.
La sphère de la gloriette

La sphère de la gloriette

© France 3 / Culturebox

Les ions à l'origine de la corrosion 

Constituée d'une armature en fer et d'un habillage composé de cinq métaux différents (bronze, cuivres jaune et rouge, laiton et or), la Gloriette s'élève sur plus de 9 mètres. C'est précisément cette technique d'empilement des métaux qui aurait accéléré la corrosion, par l'échange des ions explique encore Eric Joly.

700 000 euros pour sauver la gloriette  

Le coût des travaux de rénovation s'élève à 700.000 euros, selon le Muséum, qui prospecte également des entreprises afin de soutenir le projet et rejoindre la Fondation du patrimoine et la Fondation Total, déjà mécènes. 
 

Gloriette jardin des plantes © Manuel Cohen / MCOHEN / AFP