Des photos étonnantes des cathédrales vues d'en haut

Par @Culturebox
Mis à jour le 01/04/2016 à 18H25, publié le 15/03/2016 à 11H16
La Cathédrale de Chartres  vue du haut de la voûte grâce aux Promenades Angéliques d'Alain Kilar et de Joëlle Richard 

La Cathédrale de Chartres  vue du haut de la voûte grâce aux Promenades Angéliques d'Alain Kilar et de Joëlle Richard 

© Alain Kilar

Alain Kilar et Joëlle Richard, deux photographes passionnés par le patrimoine architectural invitent les curieux à des "Promenades angéliques". Leur spécialité : la photographie aérienne de monuments européens et particulièrement les cathédrales gothiques. Installés à 36 mètres sous la voûte de la cathédrale de Bourges, les aventuriers de l'extrême nous offrent "le point de vue d’un ange."

Les cathédrales gothiques sont le terrain de jeu d'Alain Kilar et de Joëlle Richard. Ces deux photographes suisses sont tombés sous le charme de l'architecture flamboyante et cherchent à la montrer d'une manière totalement inédite comme un ange pourrait la voir.

Leur projet s'appelle "Les promenades angéliques" et il repose sur un équipement 100% maison, baptisé Séraphine. Rencontre à 36 mètres de haut, sous la voûte du vaisseau central de la cathédrale Saint-Etienne de Bourges

Reportage : E. Bruzat / J. Roché / L. Vaury

Chartres : la révélation angélique

C'est à Chartres qu'Alain Kilar tombe amoureux de la grandeur des pierres. Au cours d'une visite de la cathédrale, le photographe observe ce qui l'entour. Et constate qu'il faut lever les yeux pour admirer l'édifice. Il décide alors d'inverser le point de vue du photographe et de réaliser des promenades angéliques. 

Il m'est passé une idée par la tête et je me suis dit, "j'aimerais tellement être un ange qui vole sous les voûtes pour regarder d'en haut ce qui se passe"

Alain Kilar
Le labyrinthe et la nef de Chartres

Le labyrinthe et la nef de Chartres

© Alain Kilar

Séraphine : l'ange câblé 

Le système ingénieux imaginé par Alain Kilar baptisé Séraphine (en hommage aux anges qui, dans la Bible, gravitent autour du trône de Dieu), permet de donner des ailes à l'appareil photo. Grâce à lui, le boitier peut monter jusqu'à 50 mètres de haut en toute stabilité. Pour que cela fonctionne, tout est affaire de câbles et de transmission. L'engin radiocommandé se promène partout dans la cathédrale et capture des angles de vue inaccessibles depuis la construction de l'édifice.  
Séraphine © France 3 / Culturebox

C'est des moulinets de pêche qu'on a motorisés, comme ça on peut tendre notre Séraphine à 30 mètres de haut et éviter que ça balance


Quand Séraphine s'envole, l'opération devient délicate. Car dans une cathédrale, les courants d'air sont nombreux, et difficiles à appréhender. Joëlle et Alain appellent ça, la météo interne. "Quand on se promène en haut, il y a des courants d'air partout et ça crée en altitude des phénomènes qui ne sont pas perceptibles depuis le sol", explique Joëlle Richard. 
Cathédrale Bourges2 © Alain Kilar

Séraphine accouche de ses premiers clichés 

Après trois heures de mise au point, Séraphine livre enfin ses photos. Devant l'ordinateur, les photographes tâtonnent pour trouver le bon angle de vue, l'exposition parfaite. Des dizaines de photos qui seront assemblées pour n'en faire qu'une. 
Le trèfle de la cathédrale de Lausanne

Le trèfle de la cathédrale de Lausanne

© Promenades Angéliques

Alors, des trésors inaccessibles émergent, les personnages minuscules des vitraux prennent toute leur ampleur et la magie opère. 
La  nef de la Cathédrale Bourges vue à 36 mètres de haut

La  nef de la Cathédrale Bourges vue à 36 mètres de haut

© Alain Kilar

Moi j'aime bien retrouver la texture de la pierre, le trait de pinceau de l'ouvrier de l'époque

Joëlle Richard, photographe

La colombe de Bourges révélée au public 

Lors de leur minutieuse enquête photographique, Alain et Joëlle découvre sur le vitrail du grand ousteau, une colombe qui trône au centre de la rose. Un détail réservé aux visiteurs munis de très bonnes jumelles mais seulement en contre-plongée. 

On a des beautés qui sont cachées dans ces monuments, des vitraux à 35 mètres de haut. En étant pile en face, on arrive à faire de la photo très haute définition des vitraux

Alain Kilar
vitrail de bourges © France 3 / Culturebox
La démarche des deux dénicheurs est à la fois spirituelle (l'édifice exploré reste un lieu religieux) et pédagogique. "Il s'agit aussi de redonner l'intérêt aux jeunes pour redécouvrir des endroits entièrement gratuits et chargés de trésors", témoigne Alain Kilar. 
Bourges, Tours, Chartres, Fribourg et Lausanne, toutes ces bâtisses n'ont plus de secret pour Alain et Joëlle. Aujourd'hui, leurs clichés inédits rendent accessibles des messages dissimulés au coeur de la pierre. 
Les trois gisants - Cathédrale de Lausann

Les trois gisants - Cathédrale de Lausann

© Alain Kilar


Détails originels ou ensembles majestueux, toutes ces photos devraient faire l'objet d'une exposition fin 2017 qui passera par Fribourg, Lausanne, Chartres et Bourges. D'ici là, Joëlle, Alain et Séraphine iront voler tout près des anges, dans les plus belles cathédrales gothiques d'Europe.